La Grèce s'attend à 2,7% de croissance en 2017

lundi 3 octobre 2016 14h57
 

ATHENES, 3 octobre (Reuters) - La Grèce s'attend à renouer avec une croissance vigoureuse en 2017, avec une progression estimée du produit intérieur brut (PIB) de 2,7%, tout en respectant les objectifs d'excédent budgétaire primaire définis dans le plan d'aide international, selon le projet de budget soumis lundi au parlement.

Ce document table pour l'an prochain sur une contraction de la dette publique à 174,8% du PIB et sur une baisse du taux de chômage à 22,4%.

Il ne fournit aucun calendrier en vue d'un retour du pays sur les marchés financiers, qu'il souhaite simplement "le plus rapide possible".

L'excédent primaire, soit le solde budgétaire hors charge de la dette, devrait atteindre 1,8% en 2017 contre un niveau légèrement supérieur aux objectifs de 0,63% cette année.

Hormis un léger répit en 2014 avec une progression du PIB de 0,7%, la Grèce est plongée en récession depuis 2008.

Elle a depuis bénéficié de trois plans de sauvetage internationaux, en 2010, 2012 et 2015, qui lui ont permis de recevoir des prêts pour un montant cumulé de 240 milliards d'euros.

Cette aide financière a été versée en contrepartie d'une politique d'austérité budgétaire qui s'est traduite entre autres par des privatisations, un alourdissement de la fiscalité ou encore une baisse des retraites. Selon des données de 2015, un Grec sur cinq vivait alors sous le seuil de pauvreté.

Dans le cadre du dernier plan de sauvetage, la Grèce doit alourdir les taxes sur le carburant, le tabac, la téléphonie et d'autres biens de consommation l'an prochain.

Plusieurs centaines de retraités ont manifesté lundi à Athènes contre cette politique d'austérité. (Lefteris Papadimas et George Georgiopoulos; Bertrand Boucey pour le service français)