RESUME DE L'ACTUALITE A 02H00 GMT (28/05)

samedi 28 mai 2016 04h00
 

PARIS - Opposants au projet de réforme du marché du travail et exécutif, engagés dans un bras de fer qui menace de bloquer la France au moment où elle s'apprête à accueillir l'Euro de football, affichent chacun leur détermination à ne ien céder.

"Je tiendrai bon parce que je pense que c'est une bonne réforme et nous devons aller jusqu'à son adoption", a déclaré François Hollande du Japon, où il participait au sommet du G7.

Les sept organisations hostiles au projet de loi Travail, CGT et Force ouvrière (FO) en tête, ont appelé à "amplifier la mobilisation" et à une manifestation nationale le 14 juin à Paris, quatre jours après le coup d'envoi de l'Euro.

Sur le terrain, les blocages d'infrastructures comme les raffineries et les terminaux portuaires continuent, malgré l'intervention des forces de l'ordre et, selon le secrétariat d'Etat aux Transports, une amélioration de la situation des dépôts de carburants et des stations-service.

Les grévistes qui bloquaient le dépôt pétrolier de la SFDM (groupe Bolloré) à Donges (Loire-Atlantique) ont ainsi été délogés sans violence. Mais Total déclarait en fin de matinée que quatre de ses cinq raffineries, dont celle de Donges, étaient toujours arrêtées, tandis que celle de La Mède (Bouches-du-Rhône) ne fonctionnait qu'en débit réduit.

Les salariés CGT ont voté la reconduction de leur grève au terminal pétrolier de la CIM, au Havre (Seine-Maritime) jusqu'à lundi. Mais les cadres non grévistes, sur ordre du préfet, ont repris le contrôle du site et rouvert les pipelines par lesquels transitent 40% des importations de brut de la France et les carburants destinés aux aéroports parisiens.

Les dockers CGT ont lancé un appel à un arrêt de travail de 24 heures le 2 juin. Mais 38 pétroliers étaient déjà en attente à Fos-Lavera (Bouches-du-Rhône), selon une porte-parole des autorités portuaires, et 16 autres au Havre (Seine-Maritime).

La fédération Force ouvrière des transports et de la logistique a appelé ses adhérents à la grève dans les villes-hôtes de l'Euro de football les jours de matches.

  Suite...