USA-Le Dow Jones perd 0,13%, le Nasdaq prend 0,14%

jeudi 26 mai 2016 22h02
 

NEW YORK, 26 mai (Reuters) - La Bourse de New York a fini peu changée jeudi, marquant une pause après deux jours de forte hausse, les investisseurs cherchant de nouvelles raisons de prolonger l'élan du marché actions.

L'indice Dow Jones a perdu 0,13%, soit 23,22 points, à 17.828,29. Le S&P-500, plus large, a cédé 0,44 point, soit 0,02%, à 2.090,10. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 6,88 points (+0,14%) à 2.088,50.

Il s'agit de la troisième progression de suite du Nasdaq, en hausse de 3% depuis le début de la semaine -- le Dow Jones et le S&P 500 affichent pour leur part une progression de près de 2% sur cette période.

Le S&P 500, indice de référence des gérants de fonds, n'est plus qu'à quelque 2% de son record historique de 2.134,72 points atteint le 20 mai 2015.

La bonne tenue de Wall Street depuis quelques jours s'explique surtout par l'acceptation de plus en plus forte d'une prochaine hausse des taux d'intérêt aux Etats-Unis -- peut-être dès le mois de juin -- un tour de vis monétaire interprété comme un signe de la solidité de l'économie américaine.

Deux nouveaux indicateurs macro-économiques sont venus accréditer l'hypothèse d'une accélération de la croissance au deuxième trimestre aux Etats-Unis.

Les commandes de biens durables ont nettement progressé en avril, de 3,4%, tandis que les inscriptions hebdomadaires au chômage ont baissé plus fortement que prévu la semaine dernière. ,

Ces indicateurs vont dans le sens d'une hausse des taux en juin ou en juillet mais les investisseurs ont désormais intégré cette possibilité après la surprise provoquée la semaine dernière par les déclarations de la Réserve fédérale sur un éventuel tour de vis monétaire le mois prochain.

"Les intervenants de marché lèvent le pied après avoir gagné beaucoup d'argent. Ils attendent les prochaines statistiques", a déclaré Phil Blancato, directeur général de Ladenburg Thalmann Asset Management.

Jerome Powell, gouverneur à la Réserve fédérale, a dit dans la journée qu'une hausse de taux pourrait intervenir bientôt aux Etats-Unis si les indicateurs confirment une poursuite de la croissance économique et un resserrement du marché du travail.

(Benoit Van Overstraeten pour le service français)