** LE POINT SUR LES MARCHÉS avant l'ouverture en Europe **

jeudi 26 mai 2016 08h06
 

PARIS/LONDRES, 26 mai (Reuters) - Les Bourses européennes sont attendues en léger repli jeudi à l'ouverture après deux séances consécutives de hausse, tandis que le pétrole a repassé la barre des 50 dollars le baril pour la première fois depuis le mois de novembre.

D'après les premières indications disponibles, l'indice CAC 40 parisien pourrait perdre jusqu'à 0,3% à l'ouverture, le Dax à Francfort 0,2% et le FTSE à Londres 0,2% également.

La Bourse de Tokyo a terminé étale (+0,09%) une séance volatile, marquée par le raffermisement du yen. La confiance des chefs d'entreprises dans le secteur manufacturier est tombée à son plus bas niveau en trois ans en mai et ne devrait se reprendre que modestement dans les trois mois à venir, selon une enquête Reuters, signe que la récente hausse du yen affecte en particulier les exportateurs de voitures et de produits électroniques.

Wall Street a connu mercredi une deuxième séance de hausse d'affilée, portée par la poursuite du redressement des cours du pétrole et la perspective, de plus en plus acceptée, d'une prochaine hausse des taux aux Etats-Unis, interprétée comme un signe de la solidité de l'économie américaine. Le Dow Jones a gagné 0,82% tandis que le S&P-500 et le Nasdaq ont pris tous deux 0,70%.

En revanche, les marchés chinois sont en repli ce matin. La Bourse de Shanghai perd près de 1%, dans un climat de nervosité après une série d'indicateurs économiques décevants ce mois-ci et dans la crainte que les autorités adoptent une position plus prudente en matière de soutien à la croissance pour éviter d'alimenter un endettement croissant dans le pays.

La perspective d'une hausse rapide des taux de la Réserve fédérale américaine est également un facteur qui pèse sur les marchés émergents.

Les investisseurs seront attentifs au sommet du G7 qui débute ce jeudi au Japon et qui doit aborder les risques qui pèsent sur l'économie mondiale, la crise des réfugiés et la présence chinoise en mer de Chine du Sud.

Ils attendent aussi le discours de Janet Yellen, la présidente de la Fed, vendredi, même si certains intervenants soulignent que son intervention du 6 juin, après le rapport mensuel sur l'emploi, sera encore plus importante.

La perspective d'un relèvement rapide des taux américains détourne les investisseurs de l'or, qui est tombé à son plus bas de sept semaines à 1.217,90 dollars l'once, avant de se reprendre autour de 1.231 dollars.   Suite...