Les risques financiers se sont accrus dans la zone euro-BCE

mardi 24 mai 2016 14h35
 

FRANCFORT, 24 mai (Reuters) - Les risques pesant sur le système financier de la zone euro se sont accrus au cours des six derniers mois, les principales sources de problèmes potentiels provenant des turbulences sur les marchés financiers et des faibles profits des banques et des assureurs, avertit la Banque centrale européenne (BCE) mardi.

Dans son rapport semestriel sur la stabilité financière (FSR), la BCE écrit que les tensions systémiques restent contenues dans la zone euro. Elle identifie néanmois quatre sources de risques pour les deux prochaines années: l'agitation sur les marchés financiers, la faiblesse des bénéfices dans le secteur financier, des niveaux d'endettement excessifs et le développement d'un système bancaire parallèle ("shadow banking").

"Par rapport au FSR de novembre 2015, la plupart des risques se sont accrus", estime la BCE. "Dans le même temps, tous les risques sont clairement enchevêtrés et, s'ils devaient se matérialiser, pourraient se renforcer mutuellement. En effet, tous les risques pourraient être aggravés par une concrétisation des risques baissiers sur la croissance économique."

Les conditions financières sont devenues "plus difficiles" en raison des inquiétudes relatives aux économies émergentes, au renforcement des risques géopolitiques et à de nouveaux accès de volatilité sur les marchés, ce qui alourdit la menace sur la reprise modérée de la zone euro.

Certains économistes s'attendent à ce que la BCE assouplisse davantage d'ici la fin de l'année sa politique monétaire déjà ultra-accommodante, caractérisée par des taux bas et des rachats d'actifs.

Concernant le secteur bancaire, la BCE insiste sur le niveau élevé des créances douteuses dans certains pays. Elle invite les banques et les autorités à renforcer leurs efforts pour réduire le montant de ces créances douteuses, notamment en facilitant la création de structures de défaisance ("bad banks"). (Francesco Canepa; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)