BOURSE-UCB recule après qu'un de ses brevets est attaqué aux USA

mardi 24 mai 2016 13h16
 

BRUXELLES, 24 mai (Reuters) - Le groupe pharmaceutique UCB cède quelque 6% vers la mi-séance à la Bourse de Bruxelles alors qu'un de ses brevets est contesté aux Etats-Unis.

Argentum Pharmaceuticals, un fabricant de génériques, a annoncé lundi que les autorités américaines avaient accédé à sa demande de passer en revue le brevet protégeant le Vimpat, le traitement de l'épilepsie de la biotech belge.

Vers 11h15 GMT, l'action UCB recule de 5,92% à 63,90 euros, l'une des plus fortes baisses de l'indice Stoxx 600, alors que l'indice regroupant les valeurs pharmaceutiques européennes avance de 0,95%.

Cela porte à plus de 23% le recul de la valeur depuis le début de l'année contre -8,3% pour l'indice sectoriel.

Le Patent and Trademark Office (PTO), le bureau américain des brevets et des marques déposées, en est arrivé à la conclusion qu'Argentum allait "vraisemblablement avoir raison" dans sa démonstration disant que certains prétentions formulées par UCB dans son brevet n'étaient pas "brevetables", a dit Argentum dans un communiqué.

Le brevet en question, qui expire en mars 2022, est le dernier qui protège le Vimpat aux Etats-Unis.

Ce traitement a totalisé l'an dernier des ventes de 679 millions d'euros, dont les trois quarts réalisés aux Etats-Unis.

Selon Jan De Kerpel, analyste chez KBC, le marché partait jusqu'ici du principe que le brevet était inattaquable, ajoutant que la démarche d'Argentum avait agi comme une prise de conscience de son éventuelle fragilité.

En 2013, UCB avait déposé une série de plaintes contre des fabricants de génériques qui projetaient de commercialiser leur propre version du Vimpat. Le tribunal de l'Etat du Delaware, qui a regroupé les dossiers, doit rendre son verdict le mois prochain. (Wout Vergauwen, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)