Aucune hypothèse exclue dans la disparition de l'avion d'EgyptAir

vendredi 20 mai 2016 04h15
 

* L'épave n'a toujours pas été localisée

* Les derniers appels des contrôleurs grecs restés sans réponse

* Trente Egyptiens, 15 Français se trouvaient entre autres à bord

* L'aéroport international de Los Angeles renforce les mesures de sécurité

par Lin Noueihed et George Georgiopoulos

LE CAIRE/ATHENES, 20 mai (Reuters) - Aucune hypothèse n'était exclue pour expliquer la disparition d'un Airbus A320 d'EgyptAir assurant la liaison Paris-Le Caire, un ministre égyptien déclarant même que celle d'un attentat était plus vraisemblable que celle d'une défaillance technique.

Le Premier ministre égyptien, Cherif Ismaïl, a déclaré qu'il était trop tôt pour avancer la moindre explication, y compris celle d'un attentat comparable à celui qui a provoqué l'an dernier la chute d'un avion russe peu après son décollage d'Egypte, tuant 224 personnes dans la péninsule du Sinaï.

Son ministre de l'Aviation civile, Cherif Fathi, a estimé néanmoins que l'hypothèse d'un acte terroriste était plus probable que celle d'une défaillance technique.

Selon des responsables américains, l'examen des images satellites n'a pas fourni pour le moment d'élément permettant de parler d'une explosion de l'avion d'EgyptAir, à bord duquel se trouvaient 66 personnes - 56 passagers, sept membres d'équipage et trois agents de sécurité. Parmi les passagers - dont deux bébés et un enfant - figuraient 30 Égyptiens, 15 Français, et des ressortissants de dix autres pays, a précisé EgyptAir.   Suite...