France-"Effet attentats" sur les défaillances d'entreprises d'IdF

mercredi 18 mai 2016 17h53
 

PARIS, 18 mai (Reuters) - Le nombre de défaillances d'entreprises a progressé entre mars 2015 et mars 2016 en Ile-de-France, à l'inverse de la tendance nationale, une évolution imputable en partie aux attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, selon Euler Hermes.

Sur cette période, le nombre de défaillances d'entreprises a augmenté de 4,9% en Ile-de-France alors qu'il a baissé de 4,5% à l'échelle de la France, indique l'assureur-crédit dans un communiqué publié mercredi.

Sur 12 mois glissants à fin mars 2016, Euler Hermes estime à 12.677 le nombre de faillites d'entreprises franciliennes, en précisant que cela représente environ 20% du total des défaillances d'entreprises françaises.

Evoquant un "probable effet attentats", Stéphane Colliac, économiste chez Euler Hermes, observe dans ce communiqué que "les secteurs les plus sinistrés en Ile-de-France sont ceux du tourisme et des loisirs, à savoir l'hébergement et restauration (+10% sur douze mois) et les transports (+32%)".

L'investissement dans les infrastructures relatives au tourisme et aux loisirs a lui aussi été pénalisé et les défaillances dans le secteur de la construction ont augmenté de 6%.

"En extrapolant la baisse du nombre de faillites observée en province dans ces trois secteurs (-6,1%), nous obtenons un différentiel de 290 entreprises en Ile-de-France, qui pourrait être attribué au choc des attentats", observe l'assureur-crédit.

Euler Hermes estime que sans les attentats, les défaillances dans la région auraient affiché un recul de 1,3%.

Selon des données publiées mercredi par l'Insee, la fréquentation des hôtels parisiens accuse toujours un net recul au premier trimestre 2016, après un quatrième trimestre 2015 pénalisé par les retombées des attentats de novembre (-6,3% après -6,8%).

Au niveau national, la fréquentation touristique est en revanche repartie en hausse au premier trimestre grâce à la clientèle française.   Suite...