Suzuki a lui aussi menti sur sa consommation de carburant, le titre chute

mercredi 18 mai 2016 08h04
 

TOKYO, 18 mai (Reuters) - Suzuki a reconnu mercredi avoir recouru à des méthodes trompeuses de mesure de la consommation de carburant de ses véhicules, apportant un nouveau volet à un scandale au Japon qui a déjà emporté Mitsubishi Motors.

Le titre du quatrième constructeur automobile nippon a fini en baisse de 9,37% à 2.613 yens à la Bourse de Tokyo, après avoir cédé en séance jusqu'à 15%, à son plus bas niveau depuis novembre 2013.

Osamu Suzuki, le président du groupe, a prévu une conférence de presse à 16h00 heure locale (7h00 GMT).

Le constructeur contrôle environ 30% du marché japonais des mini-véhicules, voiturettes d'une puissance de moins de 660cc qui bénéficient d'un régime fiscal avantageux dans le pays.

La consommation des véhicules est surveillée de près depuis que Mitsubishi a révélé le mois dernier avoir falsifié les mesures de certains de ses mini-véhicules.

A la suite de cette affaire, le ministère japonais des Transports a ordonné à tous les constructeurs du pays de lui soumettre d'ici mercredi de nouvelles données sur la consommation de l'ensemble de leurs modèles.

A la suite du scandale, Mitsubishi Motors a cédé un tiers de son capital à Nissan et, selon le journal Nikkei, son président Tetsuro Aikawa va démissionner pour assumer la responsabilité de l'affaire.

L'action Mitsubishi, fortement secouée lors du scandale le mois dernier, a fini à 556 yens à la Bourse de Tokyo, en hausse de 3,93% sur la séance. (Chris Gallagher, Minami Funakoshi et Maki Shiraki, Véronique Tison pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)