Londres cherche à renforcer la concurrence entre banques

mardi 17 mai 2016 10h26
 

LONDRES, 17 mai (Reuters) - Les grandes banques britanniques vont devoir limiter les frais de découvert non-autorisé et participer à un comparateur de prix sur internet pour améliorer les services rendus à leurs clients, a proposé mardi l'autorité de tutelle du secteur bancaire en Grande-Bretagne.

Après 19 mois d'enquête, la Competition and Markets Authority (CMA) fait le constat dans un rapport que la majorité des clients des banques ne savent pas si leur argent est bien géré, la plupart d'entre eux restant plus de 10 ans au sein du même établissement.

Les mesures proposées devraient leur permettre de mieux identifier les propositions financières des banques et d'économiser environ un milliard de livres (1,28 milliard d'euros) sur cinq ans, dit la CMA.

"Pendant trop longtemps, les banques ont pu se reposer et ne pas fournir d'efforts suffisants en faveur de leur clientèle individuelle ou de petites entreprises", affirme Alasdair Smith, qui a dirigé l'enquête ayant abouti à la publication de ce rapport.

Les autorités réglementaires et les parlementaires souhaiteraient développer la concurrence sur un marché britannique dominé par quatre établissements (Lloyds Banking Group, Royal Bank of Scotland, Barclays et HSBC ) qui gèrent plus de trois-quarts des comptes courants et délivrent neuf prêts aux entreprises sur 10. De nouvelles banques ont récemment émergé en tentant de percer sur des marchés de niche.

La CMA s'est abstenue jusqu'à présent de proposer des réformes plus radicales telles que des scissions obligatoires des plus grandes banques, ce qui, selon elle, ne réglerait pas "les problèmes fondamentaux de concurrence".

Les parties concernées par ce rapport ont jusqu'au 22 juin pour soumettre leurs remarques avant la publication d'un rapport définitif en juillet ou en août. (Andrew MacAskill et Huw Jones; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Juliette Rouillon)