IVe conférence Women Deliver-Les hommes invités à s'impliquer

lundi 16 mai 2016 21h22
 

COPENHAGUE, 16 mai (Reuters) - La chanteuse britannique Annie Lennox et la princesse Marie du Danemark ont invité lundi les hommes à se joindre à la lutte pour les droits des femmes, à l'ouverture de la quatrième édition de la conférence "Women Deliver", organisée à Copenhague

Pendant trois jours, les 5.500 délégués venant de plus de 160 pays vont débattre des moyens à mettre en oeuvre pour que les filles et les femmes soient au c÷ur des objectifs de développement durable (ODD) approuvés en septembre par les Etats membres de l'Onu pour lutter contre les inégalités et l'extrême pauvreté.

Leurs débats porteront notamment sur l'amélioration de l'accès à l'éducation et à l'emploi, le renforcement de l'implication financière, la réduction de la mortalité maternelle et la lutte contre les violences sexuelles.

"Sans les hommes, il va être beaucoup plus difficile de faire avancer nos objectifs. Nous devons nous y mettre ensemble", a déclaré Annie Lennox, qui milite de longue date pour les droits des femmes et contre le sida.

"C'est une évidence : quand on investit pour les filles et les femmes, c'est toute la société qui en bénéficie. Ces ambitions ne sont pas celles des femmes mais d'une humanité unie (...)", a renchérit la princesse Marie.

Une femme meurt toutes les deux minutes de complications liées à la grossesse ou à l'accouchement, qui sont pour la plupart évitables, 70% ont été victimes de violence ou d'abus sexuels, 15 millions de mineures sont mariées chaque année et 200 millions sont victimes de mutilations génitales.

Pour Katja Iversen, directrice de Women Deliver, les objectifs de développement durable ne peuvent être atteints sans un effort important en faveur des filles et des femmes.

"Lorsque vous investissez dans les filles et les femmes, il y a un effet d'entraînement qui va bien au-delà de l'individu. Cela profite aux familles, aux communautés, aux sociétés," dit-elle.

"Les femmes apportent (Women Deliver), et tellement plus que les bébés", ajoute-t-elle. (Emma Batha, Jean-Philippe Lefief pour le service français)