Le glyphosate "probablement pas" cancérigène, selon une étude OMS-FAO

lundi 16 mai 2016 18h05
 

LONDRES, 16 mai (Reuters) - Le glyphosate, herbicide mis au point par Monsanto et largement utilisé dans l'agriculture et le jardinage, ne cause probablement pas de cancer, selon un nouvel examen mené par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Dans un communiqué diffusé lundi, des experts de ces deux institutions estiment "improbable" que cette substance "constitue un risque cancérigène pour les humains".

La commission commune à ces deux institutions, ou Réunion conjointe sur les résidus de pesticides (JMPR), a également estimé qu'il était improbable que le glyphosate soit "génotoxique", c'est-à-dire à même d'avoir un effet destructeur sur le matériel génétique des cellules.

Ses conclusions contredisent les travaux du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), qui dépend de l'OMS. Dans un rapport publié en mars 2015, le CIRC a classé le glyphosate comme substance "probablement" cancérigène.

Sept mois après ce rapport, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa), qui dépend de l'Union européenne, avait toutefois conclu à l'absence de danger pour l'homme.

Le comité d'experts de l'OMS et de la FAO réfute une contradiction entre ses conclusions et celles du Centre international de recherche sur le cancer en faisant observer que les objets de leurs études sont "différentes mais complémentaires".

"Le CIRC passe en revue des études publiées pour identifier des risques potentiels de cancer. Il n'estime pas le risque encouru par des populations associées avec une exposition à ce risque", note-t-il.

Il recommande une dose journalière admissible inférieure à 1 mg de glyphosate par kg de masse corporelle.

Le diazinon et le malathion, deux autres pesticides passés en revue par le comité d'experts de l'OMS et de la FAO, sont également considérés comme probablement pas cancérigènes. (Kate Kelland; Henri-Pierre André pour le service français)