LEAD 1-Le gouverneur de la BoE assume son avertissement sur le Brexit

dimanche 15 mai 2016 13h49
 

(Actualisé avec citations, contexte, critiques)

LONDRES, 15 mai (Reuters) - Le gouverneur de la Banque d'Angleterre, Mark Carney, a démenti dimanche avoir compromis l'indépendance de la banque centrale en adressant une mise en garde sur les coûts à court terme d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, un avertissement dénoncé par des partisans du Brexit.

La Banque d'Angleterre (BoE) a estimé jeudi que l'économie britannique pourrait subir une brusque contraction, voire entrer en récession, en cas de victoire du "Out" lors du référendum du 23 juin pour ou contre le maintien du Royaume-Uni dans l'UE.

La BoE a été par la suite accusée de partialité et de déstabiliser elle-même les marchés.

Interrogé par la BBC, Mark Carney a estimé qu'il n'avait "absolument pas" outrepassé son mandat, ajoutant qu'il manquerait à ses devoirs envers la population britannique s'il ne prévenait pas des risques inhérents à un Brexit.

"Nous (...) avons la responsabilité d'expliquer les risques et ensuite de prendre des mesures parce qu'en les expliquant, en expliquant ce que nous ferions pour atténuer (les risques), nous les réduisons. Et c'est le principal point: ignorer un risque n'est pas le réduire."

La ministre de l'Environnement, Andrea Leadsom, partisane de la sortie de l'UE, avait auparavant déclaré à la BBC que l'analyse de la BoE était partisane et refléter l'opinion d'une élite épargnée par les conséquences de l'immigration de masse dans l'Union européenne.

"On assiste à une vaste alliance institutionnelle contre l'électeur pauvre britannique", a-t-elle dit.

Jacob Rees-Mogg, un membre conservateur pro-Brexit de la commission parlementaire chargée de la supervision de la Banque d'Angleterre, a réaffirmé de son côté que Mark Carney n'était plus apte à diriger la banque centrale après ses déclarations sur le Brexit.   Suite...