Un proche de Porochenko nommé procureur général d'Ukraine

jeudi 12 mai 2016 18h27
 

KIEV, 12 mai (Reuters) - Les députés ukrainiens ont nommé jeudi au poste de procureur général d'Ukraine un proche allié du président Petro Porochenko dépourvu de compétences et d'expérience judiciaires. Le poste est jugé crucial par les alliés occidentaux de Kiev pour lutter contre la corruption.

Aux cris de "Honte" proférés par certains élus, Petro Porochenko a déclaré que Iouri Loutsenko, ancien ministre de l'Intérieur et chef du groupe parlementaire présidentiel au parlement, redonnerait confiance en l'action du parquet.

La Commission européenne, tout comme les Etats-Unis et le Fonds monétaire international, réclament de Kiev une action importante en matière de lutte contre la corruption en contrepartie d'aides financières à l'Ukraine.

Avant de nommer Loutsenko, le Parlement a préalablement supprimé une clause qui obligeait jusqu'ici le procureur général à afficher une expérience reconnue dans le monde judiciaire.

Devant les élus, le nouveau promu s'est dit impatient de "briser le système actuel, inefficace et en partie criminel". Iouri Loutsenko succède à Viktor Chokhine, dont les services ont été accusés d'entraver les réformes visant à faciliter la lutte contre la corruption.

Iouri Loutsenko, qui a joué un rôle important lors de la "révolution orange" de 2004, a été emprisonné pour détournement de fonds et abus de pouvoir mais ses partisans estiment que cette condamnation était le fruit d'une vengeance du clan de l'ancien président Viktor Ianoukovitch après l'arrivée au pouvoir de ce dernier en 2010. Loutsenko a été libéré en avril 2013 pour raisons de santé.

En mai 2009, il avait démissionné de son poste de ministre de l'Intérieur après avoir été interpellé par la police de l'aéroport de Francfort pour ivresse et trouble à l'ordre public, même s'il avait contesté les faits.

Leonid Kozatchenko, un élu pro-Porochenko, a dit s'attendre à ce que l'UE manifeste au départ une "certaine incompréhension" face à cette nomination, tout en ajoutant: "Mais j'espère que ce conflit s'effacera quand Loutsenko entamera réellement ses investigations."

"L'idée de base, c'est de s'assurer que rien ne sera fait. Il est clair que les oligarques resteront intouchables, que les unités de base de la kleptocratie au sein de la sécurité d'Etat (SBU), des tribunaux et des parquets resteront également intactes", a déclaré Iegor Sobolev, un élu du parti réformiste Samopomitch. (Pavel Polityuk; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)