La BCE reste vigilante mais préfère attendre-Smets

jeudi 12 mai 2016 16h01
 

BRUXELLES, 12 mai (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) reste préoccupée par la faiblesse de l'inflation et des salaires dans la zone euro mais n'envisage pas pour l'instant de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire, déclare Jan Smets, membre du Conseil des gouverneurs de l'institution de Francfort.

"Nous avons pris un grand nombre de mesures non conventionnelles et l'on pourrait faire valoir, vu d'où nous venons, qu'une certaine patience s'impose afin de laisser les mesures actuelles faire leur effet pour voir les résultats avant de faire autre chose", a dit à Reuters le gouverneur de la Banque nationale de Belgique.

La BCE, qui poursuit l'objectif d'une inflation juste en-dessous de 2%, a réduit en mars ses trois taux directeurs, annoncé une augmentation de ses achats de dette sur les marchés et promis aux banques de nouveaux financements.

"Les chiffres faibles de l'inflation, dont ceux de l'inflation de base, demeurent une préoccupation importante, en particulier au vu de la croissance modeste", a dit Jan Smets. "La croissance des salaires suit également une tendance baissière, même si le chômage recule".

Une éventuelle baisse en juin des prévisions d'inflation de la BCE ne se traduirait pas nécessairement par de nouvelles mesures, a-t-il dit.

Il faudrait, selon Jan Smets, des chocs imprévus et la preuve de l'inefficacité des mesures en cours pour que la BCE se décide à agir à nouveau,

"En cas de chocs défavorables supplémentaires, impliquant que les mesures déjà mises en oeuvre n'étaient pas suffisantes, la BCE agirait de nouveau et nous disposons des outils pour le faire", a-t-il dit. (Balasz Koranyi et Robert-Jan Bartunek; Patrick Vignal pour le service français)