Hollande défend une loi Travail de compétitivité pas de précarité

jeudi 12 mai 2016 11h35
 

LES MUREAUX, Yvelines, 12 mai (Reuters) - François Hollande a défendu jeudi le projet de loi Travail à quelques heures de l'examen d'une motion de censure déposée par la droite et de manifestations contre ce texte, expliquant qu'il s'agissait d'accroître la compétitivité et non la précarité.

Le chef de l'Etat a assuré que la négociation au niveau des entreprises était le levier le plus efficace pour répondre aux défis auxquelles elles sont confrontées et qu'accroître le dialogue social constituait un progrès.

"Il faut que l'entreprise soit agile, qu'elle puisse à un moment être capable de s'adapter, non seulement au marché d'aujourd'hui mais au marché de demain", a-t-il dit lors de la visite de l'entreprise Prodways (Groupe Gorgé ) spécialisée dans l'impression 3D.

"La compétitivité, ce n'est pas faire baisser les salaires, ce n'est pas abaisser les protections sociale, ce n'est pas diminuer le contrat de travail pour qu'il soit d'une flexibilité qui en fasse une variable d'ajustement", a-t-il ajouté, en réponse aux syndicats contestataires et à l'aile gauche de la majorité opposés au texte.

"La compétitivité, c'est d'avoir un savoir-faire, une qualité, une technologie et une souplesse, c'est pourquoi nous voulons qu'au niveau de l'entreprise (...), il soit possible entre les salariés - leurs représentants - et la direction de concevoir ce qui va être la meilleure organisation du travail", a poursuivi François Hollande.

Accroître le dialogue social dans l'entreprise fait toujours débat, a-t-il souligné, mais c'est l'endroit le plus pertinent, à condition que les droits fondamentaux des salariés ne soient pas remis en cause.

"Voilà pourquoi il y a ce texte. Ce texte doit être défendu, il doit être regardé comme un texte de progrès, il doit être conçu pour les salariés comme pour les chefs d'entreprise et moi je ne veux pas les opposer", a dit François Hollande, expliquant une nouvelle fois que la confiance est la clé du succès pour la France.

"Ce projet de loi qui aujourd'hui bien sûr suscite bien des débats, il est fondé sur la confiance. Ce sera un travail long parce que notre pays ne va pas changer du jour au lendemain", a-t-il ajouté. (Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)