MES-Des doutes sur la gestion de la dette grecque à long terme

mardi 10 mai 2016 00h21
 

BRUXELLES, 9 mai (Reuters) - Des doutes sérieux se manifestent quant aux possibilités de gestion de la dette grecque sur le long terme, lit-on dans un document du Mécanisme européen de stabilité (MES), alors même que les ministres des Finances de la zone euro discutent des moyens de gérer le service de cette même dette.

Le document du MES, préparé pour la réunion de l'Eurogroupe de ce lundi, précise que, suivant le scénario principal, la croissance économique de la Grèce serait de 3,1% en 2018, de 2,8% en 2019, de 2,5% en 2020, de 1,5% en 2025 et de 1,3% de 2030 à 2060.

Athènes parviendrait à dégager un excédent budgétaire primaire, soit hors service de la dette, de 3,5% du PIB de 2018 à 2025. Après quoi, il diminuerait pour rester à 1,5% de 2040 à 2060.

Si ce scénario se concrétisait, la zone euro, principal créancier de la Grèce, pourrait assurer la gestion de la dette grecque sur la durée en:

- prorogeant de cinq ans l'échéance maximale pondérée à 37,5 ans;

- reprofilant le tableau d'amortissement en établissant les remboursements des prêts à 1% du PIB jusqu'en 2015 et en pratiquant un amortissement linéaire au-delà;

- plafonnant l'intérêt perçu sur la Grèce à 2%, toute partie supérieure à 2% étant reportée jusqu'en 2050. L'intérêt cumulé et capitalisé serait ensuite versé par tempéraments égaux.

HUIT MILLIARDS D'EUROS   Suite...