Brésil-La procédure de destitution de Dilma Rousseff suspendue

lundi 9 mai 2016 17h41
 

BRASILIA, 9 mai (Reuters) - Le président intérimaire de la Chambre des députés brésiliens a annoncé lundi avoir annulé un vote de cette chambre sur la procédure de destitution engagée contre la présidente Dilma Rousseff en raison d'irrégularités lors du scrutin tenu le 17 avril.

Dans un communiqué, Waldir Maranhao explique que la chambre basse du parlement doit reprendre la procédure de destitution qui est actuellement entre les mains du Sénat afin de procéder à un nouveau vote sur cette question.

Dilma Rousseff a indiqué qu'un appel avait été accepté contre les opérations de vote des députés et que la procédure de destitution était suspendue. Elle a ajouté que les conséquences de cette décision demeuraient pour l'instant imprécises.

Maranhao a remplacé la semaine passée à la tête de la chambre des députés Eduardo Cunha, suspendu par la Cour suprême du pays dans une enquête sur une affaire de corruption.

Adversaire implacable de Dilma Rousseff, Eduardo Cunha était celui qui avait lancé la procédure en destitution de la présidente brésilienne.

La chambre des députés avait voté le 17 avril en faveur de la destitution de la présidente accusée d'avoir maquillé des comptes publics pour favoriser sa réélection en 2014.

Après décompte des voix, 367 députés s'étaient prononcés favorablement à la motion qui devait être adoptée par au moins deux tiers des voix, soit 342 suffrages.

La procédure avait alors été transmise au Sénat dont une commission a recommandé vendredi que la présidente soit jugée par la chambre haute en formation plénière.

Il n'a pas été établi si la décision prise par Waldir Maranhao peut être, à son tour, invalidée par la Cour suprême, le Sénat ou la majorité de la chambre des députés.

(Anthony Boadle; Pierre Sérisier pour le service français)