Le FMI veut que l'UE discute d'un allègement de la dette grecque-FT

vendredi 6 mai 2016 16h14
 

BRUXELLES, 6 mai (Reuters) - La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, a appelé les ministres des Finances de la zone euro à mener des discussions sur un allégement de la dette grecque en même temps que celles sur les réformes entreprises par Athènes, montre une lettre publiée vendredi par le Financial Times.

Les ministres des Finances des 19 pays de la zone euro doivent se retrouver lundi à Bruxelles pour une réunion extraordinaire consacrée à la Grèce. Ils doivent à cette occasion faire le point sur le programme de réformes d'Athènes et sur un nouvel ensemble de mesures susceptibles d'être mises en oeuvre, si nécessaire, pour atteindre les objectifs budgétaires fixés pour 2018.

La validation par les créanciers de l'avancement des réformes permettrait de débloquer de nouveaux prêts à Athènes et d'ouvrir la voie à des pourparlers sur un allègement du fardeau de la dette.

"Nous pensons que des mesures spécifiques, une restructuration de la dette et des financements doivent faire l'objet de discussions simultanées", a écrit Christine Lagarde aux ministres de la zone euro.

Elle a redit que le FMI jugeait très difficile à atteindre et "potentiellement contre-productif" l'objectif d'un excédent budgétaire primaire (hors service de la dette) de 3,5% du produit intérieur brut (PIB) en 2018.

Le FMI se contenterait d'un excédent primaire de 1,5% du PIB.

Le Fonds ne s'associerait pas au programme d'aide financière à la Grèce si les objectifs budgétaires n'étaient pas réalistes et si le fardeau de la dette n'était pas allégé, a ajouté Christine Lagarde. (Francesco Guarascio; Marc Angrand pour le service français)