May 4, 2016 / 11:27 AM / a year ago

Les pilotes d'Air France se préparent à la grève

5 MINUTES DE LECTURE

* Air France va appliquer des mesures baissant leurs rémunérations

* Décision possible dans les prochains jours

* SNPL et Spaf dénoncent un passage en force de la direction

* La grève des pilotes de 2014 avait coûté 400 mlns à Air France

* Le T2 d'Air France-KLM déjà jugé à risque, l'action chute

par Cyril Altmeyer

PARIS, 4 mai (Reuters) - Les syndicats de pilotes d'Air France ont fait savoir mercredi qu'ils se préparaient à appeler à la grève dans les prochains jours contre la décision de la compagnie de mettre en oeuvre le 1er juin des mesures réduisant leurs rémunérations.

Le directeur des ressources humaines de la filiale d'Air France-KLM a annoncé mardi soir l'application des ultimes mesures du plan "Transform 2015", qui n'était pas encore soldé pour les pilotes au contraire des personnels au sol et des hôtesses et stewards.

Air France espère économiser 20 millions à 30 millions d'euros par an en réduisant la rémunération des heures de vol de ses pilotes, notamment en ramenant la majoration des heures de nuit de 50% à 40%, a précisé le DRH Gilles Gateau, ex-directeur de cabinet de Manuel Valls, arrivé début janvier.

Le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL, majoritaire) chiffre la baisse des salaires à 2%-5% pour les pilotes, a déclaré à Reuters son porte-parole Emmanuel Mistrali.

"La grève n'est pas à exclure et nous y serons prêts. On va se préparer plus concrètement dans les jours à venir", a-t-il dit, soulignant que le conseil du SNPL du 20 avril avait déjà donné son feu vert si nécessaire.

"Après, il y aura éventuellement une consultation des pilotes selon la durée qu'on souhaitera donner à cette grève", a-t-il ajouté.

Une porte-parole d'Air France-KLM n'a pas souhaité faire de commentaire.

Le SNPL est à l'origine des 15 jours de grève de septembre 2014 contre un projet avorté de développement de la low cost Transavia hors de France, qui avait coûté plus de 400 millions d'euros à Air France.

Le porte-parole du Syndicat des pilotes d'Air France (Spaf), Fabrice Cueille, a lui aussi dit qu'une grève était à l'étude, citant comme date "légitime" le 1er juin, jour du début de l'application des mesures contestées.

Un t2 déjà à Risque

Un nouveau conflit entre Air France et ses pilotes tomberait au milieu d'un deuxième trimestre que le directeur financier d'Air France-KLM Pierre-François Riolacci a d'ores et déjà qualifié de risqué à cause de pressions sur les recettes unitaires liées à des surcapacités sur le marché.

En Bourse, Air France-KLM, dont l'Etat français détient 17,6%, accuse l'une des plus fortes baisses de l'indice SBF 120 en début d'après-midi, perdant 5,1% à 7,307 euros à 13h20.

"Ce passage en force, c'est ni plus ni moins un incendie que vient d'allumer (le PDG d'Air France) Frédéric Gagey (...) juste avant l'été, un moment clé de l'activité de la compagnie", a observé le porte-parole du SNPL.

Son homologue du Spaf y a vu la fin d'une "mauvaise mandature" de la direction sortante d'Air France-KLM.

Le groupe franco-néerlandais a annoncé dimanche soir que Jean-Marc Janaillac, le patron du groupe de transport multimodal Transdev, succéderait d'ici la fin juillet à Alexandre de Juniac, attendu le 1er août à la tête de l'Association du transport aérien international (Iata).

Air France-KLM a souligné à la même occasion que Frédéric Gagey conserverait son poste, après des informations selon lesquelles le PDG d'Air France pourrait être évincé à cause de sa gestion des relations tumultueuses entre la direction de la compagnie et ses pilotes.

Gilles Gateau, le DRH d'Air France, a également annoncé mardi soir qu'Air France renonçait à son plan, présenté mi-janvier, visant à une augmentation de 10% de sa flotte long-courrier d'ici 2020, en raison de l'absence de signature lundi par les pilotes du projet d'accord sur leurs conditions de travail.

Air France se contentera pour l'instant de prendre livraison de ses six premiers 787 de Boeing.

"C'est tout simplement de l'inconscience, c'est ramer à contre-courant", a estimé le porte-parole du SNPL, soulignant la hausse des capacités de beaucoup de compagnies aériennes concurrentes d'Air France pour profiter de la croissance du trafic aérien.

Les pressions sur les prix des billets, l'impact des attentats de Paris et Bruxelles sur le tourisme et la faiblesse de son activité de fret ont également amené Lufthansa à réduire mardi ses projets d'expansion pour 2016. (Edité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below