Draghi prêt à défendre la BCE devant le Bundestag

mercredi 27 avril 2016 19h21
 

BERLIN, 27 avril (Reuters) - La président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, est prêt à se rendre au Bundestag en Allemagne pour défendre la politique accommodante de l'institution européenne, mais il a prévenu qu'un excès de critiques pourrait nuire à l'efficacité de la BCE, rapporte mercredi un journal allemand.

"Toute perception que l'indépendance de la BCE est attaquée peut déstabiliser les entreprises et les consommateurs", a-t-il dit au journal Bild, selon une version en anglais de l'interview publiée par Business Insider.

"Ils pourraient alors retarder des décisions en matière d'investissement et de dépenses qui sont bonnes pour l'emploi et la croissance", a-t-il ajouté.

Des sources au sein de la coalition gouvernementale allemande ont indiqué à Reuters mardi que le Bundestag souhaitait inviter le président de la BCE à venir s'expliquer sur la politique monétaire expansionniste et les taux d'intérêt ultra-bas pratiquée par l'institution.

Mario Draghi a réfuté jeudi dernier les critiques allemandes contre la politique monétaire jugée trop laxiste de la BCE, déclarant que l'institution était indépendante et obéissait à la loi, pas aux responsables politiques.

Les critiques se sont multipliées ces dernières semaines en Allemagne contre les mesures prises par la BCE pour tenter de relancer l'inflation et l'activité économique en zone euro, les taux particulièrement bas qu'elle génère ayant un impact sur les revenus de l'épargne des ménages.

Le président de la BCE a été directement pris pour cible pour avoir déclaré que la "monnaie hélicoptère", qui consisterait pour la banque centrale à distribuer directement de l'argent aux ménages, était un concept intéressant.

Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a été jusqu'à rendre la politique monétaire ultra-accommodante de la BCE responsable de la montée du parti populiste anti-immigration Alternative pour l'Allemagne (AfD). (Balazs Koranyi, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison)