LEAD 1-L'Arabie saoudite veut rompre son "addiction" au pétrole

lundi 25 avril 2016 16h52
 

* Présentation d'un plan de réformes à l'horizon 2030

* Jusqu'à 5% du capital d'Aramco seront mis en Bourse

* Le fonds souverain verra ses moyens plus que décuplés (Actualisé avec précisions, citations, commentaires)

par Samia Nakhoul, William Maclean et Marwa Rashad

RYAD, 25 avril (Reuters) - L'Arabie saoudite a présenté lundi un ambitieux programme de réformes visant à mettre fin à l'"addiction" du royaume au pétrole et à transformer celui-ci en puissance financière mondiale.

Le vice-prince héritier Mohammed ben Salmane a expliqué que Ryad voulait plus que décupler les capitaux alloués à son fonds d'investissement souverain, pour les porter à 7.000 milliards de riyals (1.650 milliards d'euros) contre 600 milliards aujourd'hui. Pour ce faire, l'Etat prévoit notamment de vendre jusqu'à 5% du capital du géant pétrolier public Aramco.

Le plan qu'il a détaillé inclut aussi des réformes visant à faire évoluer les structures sociales de ce royaume ultra-conservateur, par exemple en favorisant le travail des femmes et en améliorant le statut des travailleurs étrangers.

"Nous avons développé une sorte d'addiction au pétrole en Arabie saoudite", a dit le prince Mohammed dans un entretien télévisé à la chaîne Al Arabiya, qui appartient à la famille régnante, ajoutant que Ryad devait rompre sa dépendance aux revenus de l'or noir.

Avant même la chute des cours du baril à partir de la mi-2014, économistes et analystes jugeaient les structures économique et budgétaire saoudiennes intenables à long terme. Mais la chute des revenus pétroliers depuis un peu moins de deux ans a exacerbé ces difficultés.   Suite...