BOURSE-VW et Porsche en forte hausse, accord en vue aux Etats-Unis

jeudi 21 avril 2016 10h56
 

FRANCFORT, 21 avril (Reuters) - Le titre Volkswagen et celui de son actionnaire majoritaire Porsche bondissent jeudi à la Bourse de Francfort, à contre-courant de la tendance des marchés européens, au lendemain de la révélation d'un projet d'accord entre le constructeur et les autorités américaines au sujet de son logiciel de trucage des tests anti-pollution.

Volkswagen, accusé d'avoir faussé les résultats des tests d'émissions polluantes de plusieurs modèles diesel, devrait déclarer jeudi au juge fédéral de San Francisco chargé de l'affaire qu'il accepte de racheter jusqu'à 500.000 voitures et utilitaires équipés d'un moteur diesel de 2,0 litres de cylindrée, ont dit mercredi deux sources informées de l'évolution du dossier.

Le groupe automobile a aussi accepté de contribuer à un fonds d'indemnisation des propriétaires de véhicules concernés mais le montant des indemnisations n'est pas encore clairement connu, a dit une troisième source informée des modalités de l'accord.

VW va porter à plus de 10 milliards d'euros le montant de ses provisions pour couvrir les coûts de la fraude aux tests anti-pollution, après avoir déjà mis de côté 6,7 milliards d'euros, ont aussi dit deux autres sources au fait du dossier, mercredi.

"Nous nous félicitons que VW semble opter pour un vaste programme d'indemnisation", a déclaré Arndt Ellinghorst, analyste chez Evervore ISI, qui estime que le coût du "Dieselgate" pourrait atteindre 11,4 milliards d'euros.

L'action Volkswagen, qui avait déjà pris 6,6% mercredi, progressse encore de 5,62% à 127,70 euros vers 08h30 GMT, affichant la plus forte hausse des indices paneuropéen en recul, le Stoxx 600 cédant 0,17% et le FTSEurofirst 300 0,15%.

Le titre Porsche, actionnaire majoritaire de Volkswagen, progresse de près de 4% à 50,02 euros tandis que l'indice européen du secteur de l'automobile avance de 1,26%.

L'action Volkswagen a perdu plus d'un tiers de sa valeur après l'éclatement du scandale de la fraude aux tests anti-pollution en septembre 2015.

Au total, VW a reconnu que le dispositif de trucage des tests d'émissions polluantes concernait 11 millions de véhicules dans le monde depuis 2009.

(Edward Taylor, Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)