LEAD 1-Suède-La Riksbank conserve des taux négatifs

jeudi 21 avril 2016 10h38
 

(Actualisé avec des précisions, commentaire d'analyste)

STOCKHOLM, 21 avril (Reuters) - La banque centrale de Suède a comme convenu maintenu jeudi son taux d'intervention à -0,50% et annoncé qu'elle augmenterait son programme de rachat d'actifs pour prévenir le risque qu'un renforcement de la monnaie nationale ferait courir à l'objectif de remonter l'inflation à un taux de 2%.

"Le Conseil a décidé d'acheter à nouveau des emprunts d'Etat pour 45 milliards de couronnes (4,9 milliards d'euros) durant le second semestre 2016", explique la Riksbank dans un communiqué.

"Cela réduira le risque d'une appréciation de la couronne plus rapide que prévu et d'une rupture du redressement de l'inflation", ajoute-t-elle, précisant qu'elle reste prête à rendre sa politique monétaire encore plus accommodante si nécessaire, en agissant s'il le faut en dehors des réunions de politique monétaire classique.

La couronne suédoise ne s'en est pas moins fortement appréciée après ces annonces.

"Une augmentation du programme d'assouplissement quantitatif (QE) était prévisible même si c'est un peu moins qu'on ne le pensait", a dit Knut Hallberg, économiste de Swedbank. "La couronne reste un dilemme pour la Riksbank".

La banque centrale a il est vrai admis que la probabilité qu'elle doive encore assouplir sa politique monétaire avait diminué.

De fait, dans la mesure où la Suède connait une forte croissance -- elle fut de 4,1% en 2015 -- et où l'inflation dépasse les prévisions de la banque centrale depuis trois mois d'affilée, beaucoup d'analystes pensent que le cycle de détente monétaire approche de sa fin.

Mais la Riksbank a dit que l'inflation risquait malgré tout d'être inférieure à l'objectif cette année et qu'elle disposait encore d'une marge de manoeuvre pour abaisser le taux d'intervention.

La Riksbank avait réduit les taux de 0,15 point de base en février mais deux des six membres de son conseil avaient voté contre. Le vice-gouverneur Cecilia Skingsley a cette fois-ci voté contre l'augmentation du programme QE.

(Simon Johnson, Wilfrid Exbrayat pour le service français)