Hutchison prêt à un bras de fer avec la CE sur O2

mercredi 20 avril 2016 19h25
 

par Pamela Barbaglia, Julien Toyer et Andrés González

LONDRES/MADRID, 20 avril (Reuters) - CK Hutchinson Holdings ne proposera pas de nouvelles concessions pour obtenir le feu vert des autorités européennes à son projet de rachat de l'opérateur mobile O2 et est prêt à contester en justice un éventuel veto, ont dit des sources au fait du dossier.

En rachetant O2 à l'espagnol Telefonica, le groupe de Hong Kong pourrait le fusionner avec sa propre filiale Three Mobile afin de créer le premier opérateur de téléphonie mobile en Grande-Bretagne. Cette opération ferait en outre passer de quatre à trois le nombre d'acteurs sur ce marché.

Bien que les discussions avec les autorités européennes de la concurrence se poursuivent, Hutchison ne proposera pas de nouvelles concessions au-delà de celles qui ont déjà été faites, ont dit les sources à Reuters mercredi.

"Hutchison a fait tout son possible pour proposer des solutions significatives pour l'opération sur O2. Il contestera en justice un éventuel veto des régulateurs européens", a dit une source au fait des discussions, une position confirmée par une autre source.

Un porte-parole de Hutchison s'est refusé à tout commentaire sur l'opération.

Les autorités européennes de la concurrence doivent décider dans les prochaines semaines de donner ou non leur feu vert à l'opération, une décision formelle étant attendue d'ici au 19 mai.

Telefonica, qui a racheté les actifs de O2 en Grande-Bretagne, en Allemagne et en Irlande en 2005, travaille déjà sur un plan de secours pour réduire sa dette et rassurer les agences de notation si l'opération avec Hutchison devait capoter, a dit l'une des sources.

Telefonica n'a pas souhaité faire de commentaire.

La source a dit qu'une large gamme d'options étaient étudiées par Telefonica mais que l'opérateur espagnol n'envisageait pas de brader O2 ni d'abaisser son dividende. (Marc Joanny, pour le service français édité par Véronique Tison)