United Airlines ouvre son conseil d'administration à des fonds activistes

mercredi 20 avril 2016 14h53
 

20 avril (Reuters) - United Continental Holdings, maison mère de la compagnie aérienne américaine United Airlines, a annoncé mercredi la nomination de deux nouveaux administrateurs dans le cadre d'un arrangement avec des investisseurs activistes qui faisaient campagne pour un changement de gouvernance.

Les fonds spéculatifs PAR Capital Management et Altimeter Capital Management, qui détiennent ensemble 7,1% du capital du groupe, reprochaient au conseil d'administration de manquer d'expertise sur le transport aérien alors même que le nouveau directeur général, Oscar Munoz, n'est pas du sérail.

Barney Harford, ancien directeur général du voyagiste en ligne Orbitz Worldwide, et Edward Shapiro, associé chez PAR, sont nommés avec effet immédiat. Un troisième administrateur, choisi de concert par United et les deux fonds, les rejoindra dans les six prochains mois.

Les deux hedge funds réclamaient à l'origine six nouveaux administrateurs, parmi lesquels Gordon Bethune, ancien directeur général de Continental Airlines.

United avait déjà nommé trois nouveaux administrateurs le mois dernier, dont Robert Milton, ex-directeur général d'Air Canada qui deviendra président non exécutif lors de l'assemblée générale en juin. Il remplacera Henry Meyer, qui avec deux autres administrateurs a décidé de ne pas se représenter.

Oscar Munoz, venu du groupe ferroviaire CSX Corp, a pris en septembre les commandes d'United Continental Holdings mais a eu le mois suivant un infarctus qui l'a contraint à un arrêt-maladie de près de cinq mois.

Munoz a pour mission de redresser les indicateurs de satisfaction de la compagnie et aussi son cours de Bourse, qui s'est érodé de 7% sur l'année écoulée. Pour l'heure, il a mis l'accent sur l'amélioration du climat social en négociant une nouvelle convention collective qui augmente les salaires.

Munoz espérait être nommé président non exécutif d'ici 2017 en plus de son poste de directeur général mais United a accepté de repousser cette échéance d'un an face à l'hostilité des deux fonds, pour qui le conseil d'administration doit pouvoir superviser en toute indépendance le travail de la direction. (Jeffrey Dastin et Greg Roumeliotis à New York, avec la contribution d'Ankit Ajmera, Véronique Tison pour le service français)