L'Etat doit sortir EDF de la cote-Actionnaires salariés à l'AMF

mardi 19 avril 2016 18h00
 

PARIS, 19 avril (Reuters) - L'Etat français confond les intérêts de la filière nucléaire avec ceux d'EDF et devrait être obligé de sortir l'entreprise de la Bourse en rachetant les minoritaires, estiment des actionnaires salariés dans un courrier adressé à l'Autorité des marchés financiers (AMF).

Cette requête intervient alors que le projet de construction de deux réacteurs nucléaires de type EPR à Hinkley Point, en Grande-Bretagne, soutenu par le gouvernement, suscite une forte opposition au sein d'EDF en raison de son coût au vu de la santé financière du groupe.

Malgré les réserves des syndicats, de certains investisseurs et de la démission du directeur financier d'EDF début mars, le gouvernement français a maintenu sa volonté de mener à son terme le projet.

"Le gouvernement français associe et confond, dans un même ensemble juridique indéterminé, le projet stratégique lié au développement de l'industrie nucléaire civile qu'il dénomme aussi 'filière nucléaire' et l'entreprise EDF SA, dont il est l'actionnaire majoritaire", critique l'association EDF Actionnariat Salarié (EAS) dans un dossier envoyé au président de l'AMF.

Dans un tract, l'EAS dénonce "un abus de majorité" de la part du gouvernement et demande "qu'une offre publique de retrait soit proposée à l'assemble des actionnaires minoritaires au cours d'introduction (32 euros)".

L'Etat détient 84,94% du capital d'EDF et 90,68% des droits de vote de la société. (Geert De Clercq, avec Julien Ponthus pour le service français, édité par Dominique Rodriguez)