Rosengren (Fed) redit que les marchés sont trop pessimistes

mardi 19 avril 2016 07h56
 

NEW BRITAIN, Connecticut, 19 avril (Reuters) - La Réserve fédérale relèvera ses taux d'intérêt plus rapidement que ce que prévoient actuellement les investisseurs, a redit lundi le président de la Fed de Boston Eric Rosengren, rejetant leur vision selon lui trop pessimiste de l'économie américaine et de la politique monétaire.

C'est la deuxième fois en deux semaines qu'Eric Rosengren, pourtant un modéré en matière de politique monétaire, indique au marché des futures qu'il se trompe en anticipant seulement une hausse de taux par an sur les quatre prochaines années.

Dans un discours prononcé à la Central Connecticut State University, il a estimé que l'inflation était "beaucoup plus proche" de l'objectif de la Réserve fédérale, relativisé la faible croissance du quatrième trimestre et souligné que l'économie américaine était "fondamentalement saine".

Ses déclarations suggèrent que même les "colombes" de la Fed s'alarment du scepticisme profond des marchés sur le cycle de resserrement monétaire entamé par la banque centrale en décembre.

"Je pense en effet qu'il sera absolument approprié de s'en tenir à des hausses de taux graduelles mais pour autant je ne crois pas que les risques soient élevés, et les perspectives pessimistes, au point de justifier la trajectoire de taux exceptionnellement morne que les marchés des futures reflètent actuellement", a-t-il dit.

"Je préférerais que la Réserve fédérale ne prenne pas le risque de dépasser le niveau du plein emploi, ce qui l'obligerait à corriger le tir en procédant à des hausses de taux rapides, avec des effets potentiellement perturbateurs et un risque accru de récession".

Eric Rosengren n'a pas précisé quand pourrait intervenir la prochaine hausse de taux mais son discours confiant laisse la porte ouverte à un tour de vis en juin.

"Il y a eu certes d'importants vents de face à l'international, et des turbulences sur le marchés liées à ces vents de face, mais je considère l'économie américaine comme étant fondamentalement saine", a-t-il insisté.

Le président de la Fed de Boston dispose d'un droit de vote cette année au sein du comité de politique monétaire (FOMC) de la Réserve centrale, qui se réunit la semaine prochaine. (Jonathan Spicer, Véronique Tison pour le service français)