Tsipras demande aux créanciers d'Athènes de hâter leur évaluation

jeudi 14 avril 2016 21h53
 

ATHENES, 14 avril (Reuters) - Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, a demandé jeudi aux créanciers d'Athènes d'achever au plus vite l'examen des des progrès réalisés par la Grèce en matière de fiscalité et des retraites.

Il a également dit ne pas comprendre pourquoi les créanciers de la Grèce s'obstinaient à vouloir faire peser le poids des réformes sur les moins aisés.

Le dernier examen en date des progrès dans le cadre de son plan de sauvetage, signé en juillet, traîne en longueur depuis des mois, en raison de divergences entre ses créanciers concernant les avancées économiques du pays et de la résistance d'Athènes à réaliser les réformes impopulaires exigées

Les discussions entre Athènes et ses créanciers internationaux sur ces réformes ont été ajournées mardi et elles reprendront immédiatement après les Réunions de printemps du Fonds monétaire international (FMI), prévues du 15 au 17 avril.

"La Grèce ne comprend pas pourquoi le FMI cherche à tout prix à modifier le cadre des réformes de manières à (...) à ce qu'elles soient moins progressives et qu'une part considérable du fardeau repose sur les plus pauvres", a écrit Alexis Tsipras dans une lettre ouverte publiée sur le site internet du Financial Times. (Michele Kambas et Renee Maltezo,; Nicolas Delame pour le service français)