ENQUÊTE-Zone euro-La demande va rester faible, plus de baisse de taux en vue

jeudi 14 avril 2016 14h57
 

* Les données détaillées de l'enquête : reuters://realtime/verb=Open/url=cpurl://apps.cp./Apps/econ-polls?RIC=EUGDPQAP

par Deepti Govind

14 avril (Reuters) - La croissance économique au sein de la zone est davantage pénalisée par la faiblesse de la demande que par le manque de crédits bancaires, estiment à une très large majorité des économistes interrogés par Reuters, qui ne s'attendent pas à ce que la Banque centrale européenne (BCE) pousse son taux de dépôt plus loin encore en territoire négatif.

Alors que le recours au taux négatif comme instrument de politique monétaire est de plus en plus controversé, les économistes interrogés entre le 6 et le 13 avril anticipent pour la plupart que la BCE n'abaissera plus son taux de dépôt, actuellement fixé à -0,40%.

Ils s'attendent à une croissance de l'économie de la zone euro de 0,4% chaque trimestre jusqu'au deuxième trimestre 2017, avec une croissance moyenne sur l'année de 1,5% en 2016 et de 1,6% l'année prochaine.

Ces prévisions, inchangées depuis le début de l'année, sont conformes à celles publiées mardi par le Fonds monétaire international dans ses prévisions économiques de printemps.

La médiane des prévisions concernant l'inflation ne fait pas non plus ressortir d'attentes d'une accélération de la hausse puisque la hausse des prix devrait s'établir en moyenne à 0,3% en 2016 et 1,4% en 2017, des chiffres inchangés par rapport à l'enquête du mois dernier.

La croissance en Allemagne, première économie de la zone euro, devrait ralentir à 1,5% cette année contre 1,7% en 2015 tandis que l'inflation y resterait faible à 0,4% en moyenne sur l'ensemble de 2016.

En France, la croissance ne devrait pas dépasser 1,2% cette année, un chiffre inférieur à la prévision du gouvernement qui est de 1,5%.

(Marc Joanny pour le service français, édité par Marc Angrand)