Avec Vivendi, la Fnac peut construire sa surenchère sur Darty

mardi 12 avril 2016 14h24
 

par Pascale Denis

PARIS, 12 avril (Reuters) - L'arrivée surprise du groupe Vivendi au capital de la Fnac apporte au distributeur de produits culturels la flexibilité financière qui lui manquait pour bâtir sa surenchère sur Darty.

Vivendi va prendre 15% du capital de la Fnac, à la faveur d'une augmentation de capital réservée de 159 millions d'euros, une opération doublée d'un partenariat stratégique entre les deux groupes.

Si plusieurs analystes s'interrogent sur la justification stratégique de cette opération pour Vivendi, certains estiment qu'elle devrait, en tout cas, permettre à la Fnac de boucler sa contre-offre sur Darty, alors que le calendrier s'accélère.

"Avec l'augmentation de capital réservée à Vivendi, tous les éléments sont réunis pour que la Fnac puisse faire sa surenchère", commente Steve Lévy, analyste de Natixis.

Car la Fnac, qui est parvenue à se redresser et à se désendetter, dispose de moyens financiers sans comparaison avec ceux du groupe sud-africain qui se propose de racheter Darty tout en cash pour 863,65 millions d'euros.

Steinhoff pèse quelque 20,0 milliards d'euros en Bourse alors que la capitalisation de la Fnac ressort à 1,01 milliard et que l'enseigne poursuit une stratégie de strict contrôle de sa trésorerie et de sa dette dans des marchés qui restent difficiles.

"En levant 160 millions d'euros, la Fnac peut boucler un tour de table avec des financements bancaires", estime un analyste.

Pour Natixis, Avec un endettement d'environ 650 à 750 millions d'euros, elle porterait son ratio de dette nette sur Ebitda à environ 3,5 fois, "ce qui n'est pas irréaliste".   Suite...