7 avril 2016 / 15:27 / dans un an

Numericable détient le record du plus gros emprunt "junk"

LONDRES, 7 avril (IFR) - Numericable-SFR a impressionné le marché obligataire mercredi en bouclant un emprunt de 5,2 milliards de dollars (4,6 milliards d‘euros), le plus important emprunt à haut rendement jamais émis en une seule tranche.

Le groupe français avait annoncé mardi son intention de lever 2,5 milliards de dollars à dix ans puis il avait porté son montant à trois milliards le lendemain, ce qui n‘avait pas surpris les investisseurs car cela permettait à la filiale d‘Altice de refinancer totalement un emprunt de 2,4 milliards de dollars échéance 2019 portant un coupon de 4,875%.

Plusieurs d‘entre eux ont dit en revanche qu‘ils avaient été abasourdis par le montant définitif de 5,2 milliards de dollars.

L‘emprunt “junk” d‘Altice dépasse ainsi le précédent record établi par l‘emprunt de 4,25 milliards de dollars, échéance 2023 et coupon de 7,875%, émis en septembre 2013 par l‘opérateur télécoms américain Sprint, selon des données d‘IFR, un service de Thomson Reuters.

Un investisseur précise que le seul emprunt à haut rendement à dépasser celui de Numericable est celui de 5,25 milliards de dollars, 5,375% échéance 2021, du pétrolier brésilien Petrobras. A ceci près que cet emprunt a été émis en 2011 et qu‘à cette époque, Petrobras bénéficiait encore d‘une note en catégorie d‘investissement (“investment grade”).

Un investisseur a entendu dire que l‘émission Numericable-SFR avait été sursouscrite trois fois, donnant un livre d‘ordres final de 15 milliards de dollars. Un montant jugé vraisemblable par deux autres investisseurs dont les soumissions n‘avaient pas encore été satisfaites.

L‘emprunt sert un coupon relativement élevé de 7,375% mais Altice a dit jeudi qu‘il reviendrait à 5,7% une fois effectuée la conversion en euro.

Le refinancement permet également à Numericable de s‘épargner “tout remboursement de dette important jusqu‘en 2022”.

Un analyste crédit estime que cet emprunt est un message clair envoyé à la Bourse, où les actions Numericable et Altice ont perdu plus de 40% et 50% respectivement par rapport à leurs pics de l‘an dernier.

“Le sentiment était vraiment négatif quand ils ont lancé leur dix ans aux USA; beaucoup d‘analystes boursiers pensaient que ça n‘était pas tenable”, dit-il, faisant référence aux 3,8 milliards de dollars d‘obligations non garanties émises par Altice pour racheter Cablevision en septembre, dont le rendement dépasse 10%.

“D‘un point de vue fondamental, cette opération est éminemment positive pour Numericable et aussi pour Altice car ça leur laisse largement les moyens de gérer leur activités à un coût de moins de 6%”.

L‘action Numericable perdait 0,38% à 29,14 euros à l‘approche de la clôture à la Bourse de Paris, tandis qu‘Altice gagnait 1,51% à 13,78 euros.

Robert Smith, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below