BCE et BoJ confrontées à la "drôle de guerre" des changes

mardi 5 avril 2016 13h46
 

* Taux bas, inflation faible mais devises fortes

* Hausse de l'euro depuis les dernières annonces de la BCE:

* tmsnrt.rs/1q2uen0

* Hausse du yen depuis l'adoption des taux négatifs par la BoJ:

* tmsnrt.rs/1q2uylU

par Jamie McGeever

LONDRES, 5 avril (Reuters) - Plus la Banque centrale européenne (BCE) et la Banque du Japon (BoJ) cherchent à faire baisser leur devise respective, moins elles semblent y parvenir, en dépit de mesures d'assouplissement monétaire toujours plus audacieuses.

Soucieuses de combattre les risques de déflation, la BCE comme la BoJ sont allées au-delà des attentes en matière de politique monétaire non conventionnelle, qu'il s'agisse du recours aux taux d'intérêt négatifs ou de l'amplification de leurs programmes de rachats d'actifs.

Pourtant, le taux de change de l'euro comme celui du yen - des canaux de transmission déterminant de ces politiques monétaires ultra-accommodantes grâce à la hausse des prix importés et au soutien à l'export attendu de la dépréciation des devises - loin de s'affaiblir, se sont appréciés.   Suite...