Banca Carige se dirige vers un rejet de l'offre d'Apollo

jeudi 31 mars 2016 20h27
 

GENES, Italie, 31 mars (Reuters) - Banca Carige s'apprête à rejeter l'offre du fonds américain Apollo pour une participation majoritaire dans la banque italienne, à en croire des déclarations jeudi de son principal actionnaire, l'homme d'affaires Vittorio Malacalza.

Apollo Global Management a proposé mardi de souscrire à la quasi-totalité d'une augmentation de capital de 550 millions d'euros de la banque génoise et de lui racheter un portefeuille de créances douteuses pour 695 millions d'euros, ce qui lui donnerait de fait le contrôle de l'établissement.

La décision en revient au nouveau conseil d'administration de Banca Carige, tout juste désigné jeudi par les actionnaires réunis en assemblée générale.

Vittorio Malacalza, qui détient 17,6% du capital, a ainsi été désigné vice-président et ses candidats ont également été élus, y compris Guido Bastianini qui est pressenti pour le poste d'administrateur délégué.

S'adressant aux actionnaires au nom de Malacalza, son avocat Vincenzo Mariconda a expliqué que la proposition d'Apollo semblait mal évaluer la banque.

Il a également démenti des informations selon lesquelles la Banque centrale européenne a fait pression sur Carige, qu'elle avait épinglée dans ses bilans de santé des banques européennes en 2014, pour qu'elle accepte l'offre.

Une source proche du dossier avait dit à Reuters mardi que la BCE avait invité Carige à examiner l'offre d'Apollo. L'institution n'a pas souhaité commenter.

"Nous ne pensons pas que l'intention soit d'imposer des solutions externes à des actionnaires qui ont maintes fois montré qu'ils étaient disposés à répondre positivement aux besoins de la banque", a déclaré Vincenzo Mariconda.

Vittorio Malacalza avait relevé sa participation en 2015 en participant à l'augmentation de capital de 850 millions d'euros que la banque avait dû effectuer après les tests de résistance de la BCE. Banca Carige reste sur quatre années de pertes et son cours de Bourse a chuté de 55% depuis le début 2016.

Selon une source proche du dossier, Apollo propose de racheter les créances douteuses de Carige à 20% de leur valeur nominale, ce qui entraînerait une perte de 700 millions pour la banque.

Malacalza est d'accord pour céder les créances douteuses "dans des conditions de marché équitables", a dit son avocat. (Valentina Za et Andrea Mandala, Véronique Tison pour le service français)