Rome veut solliciter les banques pour dédommager des épargnants

mercredi 30 mars 2016 18h05
 

ROME, 30 mars (Reuters) - Rome compte demander aux banques de participer au dédommagement de milliers d'Italiens qui ont perdu leurs économies l'an passé à l'occasion du renflouement de quatre petits établissements, a déclaré mercredi une source gouvernementale.

Des pressions s'exercent sur le président du Conseil Matteo Renzi pour qu'il dédommage 12.500 épargnants dont le bas-de-laine a disparu du jour au lendemain lorsque Rome a renfloué leur banque en se conformant à de nouvelles règles européennes plus strictes qui ont mis à contribution les actionnaires et certains créanciers obligataires.

Bon nombre d'épargnants affirment que les banques ne les ont jamais informés des risques lorsqu'elles leur ont vendu pour 430 millions d'euros d'obligations non prioritaires.

Un fonds de garantie des dépôts alimenté par toutes les banques de la péninsule a été créé avec un encours de 100 millions d'euros, insuffisant pour dédommager tout le monde.

Renzi a promis de faire un geste et, selon la source, il pourrait présenter un projet ad hoc en conseil des ministres la semaine prochaine, mais dégager pour cela des fonds publics risquerait de constituer une infraction aux règles européennes de renflouement des banques.

A la place, le président du Conseil compte se tourner vers le secteur bancaire, a expliqué la source.

Une association représentant les épargnants affectés a dit mercredi que les dédommagements doivent être de la responsabilité des repreneurs des quatre banques et que la Banque d'Italie jugeait cela réalisable.

L'Italie a promis à la Commission européenne de vendre les quatre établissements d'ici la fin avril mais elle tente à présent d'obtenir un prolongement du délai, selon une source ministérielle.

(Giuseppe Fonte, avec Francesco Guarascio et Isla Binnie, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny)