EDF-Des ingénieurs réclament un report de 2 ans Hinkley Point-FT

mercredi 30 mars 2016 01h19
 

PARIS, 30 mars (Reuters) - Des ingénieurs chevronnés d'EDF ont appelé l'énergéticien public français à reporter d'au moins deux ans le projet de centrale nucléaire d'Hinkley Point, en Grande-Bretagne, et recommandé de revoir la technologie du réacteur, selon un article paru mardi sur le site du Financial Times.

"Un livre blanc interne écrit par des ingénieurs réticents, auquel le Financial Times a eu accès, souligne que Hinkley Point est tellement complexe et non éprouvé que la société devrait annoncer une date d'achèvement plus tardive que l'objectif de 2025", écrit le quotidien financier.

Selon le document, qui a été adresséé aux dirigeants d'EDF, "une date réaliste de mise en service est 2027" vu l'ampleur du projet, les modifications à apporter dans la conception du système EPR et la "très limitée" aptitude d'Areva à fabriquer certains des grands composants", précise le FT.

EDF doit prendre le contrôle de la division réacteur nucléaires d'Areva (Areva NP) en rachetant 51% à 75% du capital de la société, tandis qu'Areva en conserverait au moins 15%.

Le livre blanc milite aussi pour un "nouvel EPR", appelant EDF à revoir la technologie du réacteur pour qu'il soit plus petit, moins cher à construire et moins compliqué, dit le FT.

Le démarrage en temps et en heure de ce projet, qui doit fournir 7% de l'électricité du Royaume-Uni, est vital car le gouvernement a fixé à 2025 la date à laquelle la dernière centrale thermique à charbon sera fermée, rappelle le FT.

Le journal précise qu'EDF a fait savoir dans un communiqué, qu'il s'en tiendrait au calendrier prévu. "La date de la première mise en route de Hinkley Point C n'a pas changé. Elle sera en 2025", a déclaré le groupe.

Une source du FT a comparé le projet actuel d'EPR au Concorde, une merveille technologique qui s'est tranformé en échec commercial. Selon cette source, le nouvel EPR pourrait, lui, être comparé à l'Airbus, simple mais réussi.

Personne n'était immédiatement disponible chez EDF pour commenter ces informations.

Ce projet de construction de deux réacteurs de type EPR à Hinkley Point, dans le sud-ouest de l'Angleterre, avec CGN, le partenaire chinois d'EDF, est évalué à 18 milliards de livres sterling (23 milliards d'euros environ) et son coût financier pour EDF soulève des inquiétudes en France.

Le projet a été annoncé en octobre 2013 et la centrale est jugée vitale pour la fourniture d'électricité au Royaume-Uni, mais la décision finale d'investissement n'a toujours pas été formellement adoptée, EDF peinant à boucler le financement. (Juliette Rouillon pour le service français)