LEAD 1-Brésil-La coalition de Dilma Rousseff sur le point d'éclater

mardi 29 mars 2016 09h47
 

(Actualisé avec informations sur le PMDB)

par Anthony Boadle

BRASILIA, 29 mars (Reuters) - Le premier parti politique brésilien devrait décider ce mardi de quitter la coalition dirigée par Dilma Rousseff, ont déclaré plusieurs de ses dirigeants, accroissant encore la probabilité d'une destitution de la présidente.

La direction nationale du Parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB) se réunit dans la journée pour se prononcer sur son maintien au gouvernement, au sein duquel il détient sept portefeuilles en plus de la vice-présidence.

Une rupture formelle semble désormais inévitable, avec pour conséquence d'accroître encore l'isolement de Dilma Rousseff tout en laissant les parlementaires du PMDB libres de voter éventuellement sa destitution.

Des responsables du parti estiment que 70 à 80% des 119 membres de la direction du PMDB devraient se prononcer pour la fin de l'alliance avec Rousseff et son Parti des travailleurs (PT). L'un d'eux a déclaré à Reuters que 75 d'entre eux s'étaient déjà engagés à approuver la rupture.

Un vote sur la destitution de la présidente pourrait avoir lieu début mai au Congrès. Au cas où Dilma Rousseff serait suspendue de ses fonctions dans l'attente d'une décision du Sénat, c'est son vice-président, Michel Temer, chef de file du PMDB qui assurerait l'intérim.

Lundi déjà, le ministre PMDB du Tourisme, Henrique Eduardo Alves, a annoncé sa démission. "Le dialogue, j'ai le regret de le dire, est arrivé à son terme", a-t-il écrit dans sa lettre de démission à Dilma Rousseff.

Des conseillers de Temer ont déclaré que le vice-président était prêt à assumer les fonctions de chef de l'Etat et à tenter de sortir le pays de la récession. Plusieurs médias brésiliens ont rapporté pendant le week-end que l'entourage de Temer était en train d'élaborer un programme de travail pour ses premières semaines de présidence.   Suite...