Monte Paschi:la BCE n'a pas demandé un appel au marché de E3 mds

vendredi 25 mars 2016 15h13
 

MILAN, 25 mars (Reuters) - Banca Monte dei Paschi di Siena a démenti vendredi une information de presse voulant que la Banque centrale européenne (BCE) lui ait demandé de procéder à une augmentation de capital pouvant atteindre un maximum de trois milliards d'euros.

Le journal Il Fatto Quotidiano écrit que la banque pourrait procéder à cet appel au marché d'ici la fin de l'année.

"Banca Monte dei Paschi di Siena dément les informations d'Il Fatto Quotidiano. La banque observe par ailleurs que la diffusion d'informations non fondées, dans un contexte aussi complexe, ne peut causer que davantage d'instabilité et de dégâts au système bancaire, au marché et aux investisseurs".

Une porte-parole de la BCE s'est abstenue de tout commentaire, déclarant que la banque centrale s'abstenait de toute déclaration sur telle ou telle banque.

La troisième banque italienne traverse depuis plusieurs années une passe difficile à la suite d'une acquisition calamiteuse faite juste avant la crise financière, de pertes sur le marché des produits dérivés à haut risque et d'une accumulation de créances douteuses pendant la plus forte récession de l'après-guerre qu'ait subi l'Italie.

Elle a été classée dernière aux tests de résistance européens pratiqués en octobre 2014, a réalisé près de 15 milliards d'euros d'augmentations de capital depuis 2008 et accusé des pertes du même montant entre 2011 et 2014.

La banque détient 46,7 milliards d'euros de créances douteuses brutes, soit plus du tiers de son portefeuille de prêts, le pourcentage le plus élevé du secteur bancaire italien.

Monte Paschi compte céder 3,5 milliards d'euros de ses créances douteuses d'ici 2018, en plus des deux milliards d'euros déjà vendues. Mais elle a annoncé qu'elle cherchait le moyen de faire encore mieux que prévu dans son plan d'action.

L'ensemble du secteur bancaire italien ploie sous un fardeau de 360 milliards d'euros de créances douteuses.

Le Trésor "suit attentivement l'évolution du secteur bancaire et de Monte dei Paschi bien sûr", a dit un porte-parole, se disant certain que la banque pourrait alléger sa montagne de créances douteuses "en ayant recours à tous les moyens disponibles". (Silvia Aloisi, Stefanon Bernabei et Giuseppe Fonte, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Juliette Rouillon)