Total veut investir dans les futurs marchés du GNL

jeudi 24 mars 2016 11h06
 

PARIS, 24 mars (Reuters) - Total compte investir au cours des prochaines années dans des infrastructures permettant de développer les nouveaux marchés du gaz naturel liquéfié (GNL), a déclaré jeudi Laurent Vivier, le directeur de l'activité gaz du groupe pétrolier.

Lors d'une convention de l'Association française du gaz, Laurent Vivier a estimé que l'Europe était en train de redevenir un marché essentiel pour le GNL à court terme mais que la croissance à long terme proviendrait, en plus de la Chine, de nouveaux débouchés situés en Asie du sud-est, Afrique, Amérique latine ou encore Amérique centrale.

"On va développer et on va chercher à développer ces nouveaux marchés", a-t-il dit, précisant que Total voulait "se lancer dans la construction d'infrastructures de réception dans ces nouveaux pays, des tuyaux, pourquoi pas de centrales électriques, afin de consolider une chaîne de gaz et tirer cette demande () hors des marchés classiques".

"Le relais de croissance viendra de tous ces nouveaux pays qui vont s'ajouter à la carte d'importation pour tirer cette demande dans la période 2020 et au-delà."

Total compte faire croître sa production en quote-part de GNL de 12 millions de tonnes en 2014 à 20 millions en 2020 et augmenter ses achats de 7 à 15 millions de tonnes, a également rappelé Laurent Vivier.

Le groupe détient des participations dans des usines de liquéfaction au Qatar, aux Emirats arabes unis, en Oman, au Nigeria, en Norvège, au Yémen, en Angola et en Australie. De nouvelles sources de GNL doivent assurer la croissance de son portefeuille, parmi lesquelles Ichtys LNG (Australie), Yamal LNG (Russie, Sabine Pass (Etats-Unis) et Cameron LNG (Etats-Unis). (Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot)