Lockhart (Fed) juge possible une hausse de taux en avril

lundi 21 mars 2016 18h12
 

SAVANNAH, Géorgie, 21 mars (Reuters) - Une hausse des taux d'intérêt américains est envisageable en avril, a déclaré lundi le président de la Réserve fédérale d'Atlanta, Dennis Lockhart, laissant entendre que la banque centrale était disposée à accentuer la divergence entre les politiques monétaires des principales économies.

Il a expliqué que la décision prise la semaine dernière de laisser les taux inchangés visait d'abord à assurer le retour au calme des marchés financiers après la période récente de volatilité, une approche "patiente" qu'il a dit soutenir.

Mais au vu de la poursuite de la croissance économique, "on observe une tendance suffisante, confirmée par des indicateurs économiques, pour justifier une nouvelle étape lors de l'une des prochaines réunions, peut-être dès la réunion prévue fin avril", a-t-il déclaré dans un discours à l'occasion d'une intervention au Rotary Club de Savannah, en Géorgie.

Si la situation économique mondiale reste incertaine, la consommation aux Etats-Unis se maintient, la faiblesse du chômage et l'amélioration de la situation financière des ménages favorisant les dépenses.

"Sauf en cas de choc important qui provoquerait un retournement de tendance de la confiance des consommateurs, je ne vois aucune raison pour que la croissance des dépenses de consommation ne se poursuive pas. Je pense que les conditions soutenant ce moteur de la croissance économique devraient se maintenir", a expliqué Dennis Lockhart.

Il a estimé que l'économie américaine était proche du plein emploi et que l'objectif de 2% d'inflation que s'est fixé la Fed pourrait se rapprocher, les prix devant se redresser "au fur et à mesure que nous avancerons dans le second semestre de l'année".

Ces propos, comme ceux tenus récemment par d'autres responsables de la Fed, comme John Williams, le président de l'antenne de San Francisco, traduisent l'émergence d'un consensus sur le maintien de la croissance aux Etats-Unis en dépit des signes multiples de faiblesse ailleurs dans le monde, ce qui pourrait permettre une poursuite du relèvement des taux.

Dennis Lockhart a également noté lundi que la majeure partie la baisse subie par les marchés actions américains en début d'année avait été rattrapée.

(Howard Schneider; Marc Angrand pour le service français)