Banco Popolare se dit proche d'un accord de fusion avec BPM

dimanche 20 mars 2016 15h32
 

MILAN, 20 mars (Reuters) - Banco Popolare et Banca Popolare di Milano (BPM) sont près de répondre aux conditions posées par la Banque centrale européenne pour une fusion, a déclaré l'administrateur délégué de Banco Popolare, sans exclure une augmentation de capital.

Après des mois de négociations, les conseils d'administration des deux banques coopératives italiennes se réunissent mardi pour prendre une décision.

"Le projet de fusion avec BPM n'a pas encore été conclu à cause des obstacles posés par la BCE, dont l'approche n'est pas facile à comprendre", a déclaré Pier Francesco Saviotti lors de l'assemblée générale du groupe samedi à Lodi, près de Milan.

"Un résultat positif ne peut être tenu pour acquis mais nous sommes de plus en plus près de répondre aux demandes (de la BCE) et on peut penser qu'on arrivera à une conclusion heureuse."

Banco Popolare et BPM, qui créeraient par leur fusion la troisième banque d'Italie, ont publié vendredi un communiqué notant que la BCE exigerait de la banque issue de leur rapprochement qu'elle ait "dès le départ, une position forte en termes de capital et de qualité de l'actif", en prenant en particulier "toute disposition sur le capital".

"Notre capital est robuste mais, compte tenu de l'insistance de la BCE pour qu'il y ait de nouvelles améliorations, nous envisageons des mesures de renforcement. Cela ne signifie pas forcément une augmentation de capital mais je ne peux pas dire que c'est exclu à 100%", a dit Pier Francesco Saviotti aux actionnaires.

Le patron de Banco Popolare et son homologue de BPM Giuseppe Castagna avaient précédemment exclu cette éventualité.

Banco Popolare ne vendra pas sa filiale de gestion Aletti ni sa participation de 39% dans Agos Ducato, sa coentreprise avec Crédit Agricole dans le crédit à la consommation, a encore dit Pier Francesco Saviotti. De même, a-t-il ajouté, BPM conservera sa filiale de gestion Anima.

En revanche, la cession rapide de leurs créances douteuses totalisant quelque 27 milliards d'euros serait pour les deux banques source de nouvelles pertes qui détérioreraient leur bilan.

La BCE, qui a envoyé un représentant à l'assemblée générale de Banco Popolare, a également exigé une structure de gouvernance "claire et efficace" et demandé aux deux banques de lui soumettre un "business plan" et un projet de nouveaux statuts dans un délai d'un mois.

Tout accord devra être soumis au vote des actionnaires des deux banques. (Gianluca Semeraro, Véronique Tison pour le service français)