Australie-DCNS espère une décision sur les sous-marins en juin

vendredi 18 mars 2016 21h45
 

PARIS, 18 mars (Reuters) - Le constructeur naval militaire DCNS a indiqué vendredi espérer une décision en juin pour l'appel d'offres géant de 12 sous-marins pour la marine australienne, un contrat évalué à 50 milliards de dollars australiens (34 milliards d'euros).

Plusieurs sources avaient déclaré en janvier à Reuters que le groupe français et un consortium japonais avaient une longueur d'avance sur l'allemand Thyssenkrupp Marine Systems (TKMS) pour le remplacement des sous-marins australiens de la classe Collins.

"Nous avons l'expérience du travail avec des pays amis, du transfert de technologies et de la maîtrise des risques des programmes", a déclaré Marie-Pierre de Bailliencourt, directrice générale adjointe de DCNS, lors d'un entretien téléphonique à Reuters.

DCNS, filiale à 35% de l'équipementier Thales, propose une version hybride (diesel-électrique) de son sous-marin à propulsion nucléaire Barracuda (5.000 tonnes), tandis que TKMS avance une version agrandie de son Type 214 de 2.000 tonnes.

Le consortium japonais formé par l'Etat, Mitsubishi Heavy Industries et Kawasaki Heavy Industries, présente, lui, une variante du Soryu (4.000 tonnes), qui utilise des batteries lithium-ion.

Sans souhaiter critiquer une offre concurrente, Marie-Pierre de Bailliencourt a toutefois émis des doutes sur la sécurité de telles batteries dans un sous-marin, espace confiné sous pression soumis à des vibrations et des mouvements.

"Les batteries au lithium-ion sont une technologie d'avenir non encore éprouvée et sécurisée dans l'environnement très spécifique qu'est un sous-marin", a-t-elle expliqué.

DCNS, qui vise une hausse de l'ordre de 10 à 15% de son bénéfice net en 2016, après avoir renoué avec les profits en 2015, attend beaucoup de ce contrat de sous-marins.

Des élections anticipées en Australie pourraient cependant contrarier le calendrier prévu de l'appel d'offres, la campagne gelant alors la prise de décisions majeures pour le pays.

Les prochaines législatives, prévues en principe en janvier 2017, pourraient avoir lieu dès le second semestre 2016, le Premier ministre Malcolm Turnbull envisageant de dissoudre le parlement face à l'hostilité du Sénat qui bride sa marge de manoeuvre. (Cyril Altmeyer, édité par Juliette Rouillon)