Karim Benzema entendu dans une nouvelle affaire, pas mis en cause

vendredi 18 mars 2016 08h07
 

PARIS, 18 mars (Reuters) - Le footballeur Karim Benzema a été entendu il y a plusieurs mois comme simple témoin dans le cadre d'une enquête pour blanchiment, a-t-on appris vendredi auprès de son entourage.

Cette affaire, révélée par le journal Libération, survient à moins de trois mois du début de l'Euro 2016, pour lequel il n'est pour l'heure pas sélectionnable compte tenu de sa mise en examen dans un autre dossier, celui dit de la "sex-tape".

"Il s'est retrouvé actionnaire dans un restaurant et il y a perdu des sommes considérables", dit-on dans l'entourage de l'attaquant du Real Madrid, précisant qu'il se dit victime dans cette affaire.

Selon Libération, une information judiciaire pour "blanchiment en bande organisée" et "blanchiment de trafic de stupéfiant" a été ouverte le 17 septembre dernier par le parquet de Paris et l'enquête a été confiée au juge Renaud Van Ruymbeke.

Elle porte notamment sur une opération immobilière suspecte, l'acquisition par une société dont Karim Benzema est actionnaire d'un fonds de commerce à Paris, revendu par la suite avec des pertes importantes.

"Le juge Van Ruymbeke semble à ce stade écarter une responsabilité directe du footballeur", peut-on lire dans le quotidien.

Le joueur était déjà empêtré dans l'affaire dite de la "sex-tape" de Mathieu Valbuena, qui lui a valu une mise en examen en novembre dernier pour "complicité de tentative de chantage et participation à une association de malfaiteurs".

La justice le soupçonne dans ce dossier d'avoir joué un rôle dans une tentative d'extorsion de fonds de la part de maîtres-chanteurs présumés, qui auraient été en possession d'une vidéo intime de son coéquipier en équipe de France.

Le contrôle judiciaire qui lui interdisait de rencontrer Mathieu Valbuena a été assoupli fin février mais Karim Benzema n'a pas été retenu dans la sélection des Bleus annoncée jeudi pour affronter les Pays-Bas et la Russie en matches amicaux.

Le président de la Fédération française de football, Noël Le Graët, avait déclaré en décembre que le joueur, meilleur buteur des Bleus en activité, ne serait plus sélectionnable, y compris pour l'Euro, tant que sa situation judiciaire n'évoluerait pas favorablement. (Simon Carraud, édité par Jean-Philippe lefief)