AB Inbev-Emprunt record en Europe, après les annonces de la BCE

mercredi 16 mars 2016 15h53
 

par Laura Benitez

LONDRES, 16 mars (IFR) - Anheuser-Busch InBev s'apprête à lancer le plus important emprunt obligataire jamais réalisé en Europe, donnant le ton sur un marché où les opérations de financement de méga fusions-acquisitions sont appelées à se multiplier.

L'emprunt projeté par le géant de la bière, qui a lancé l'année dernière une offre à près de 100 milliards d'euros sur son concurrent SABMiller, a suscité mercredi une demande totalisant 28 milliards d'euros, quelques jours seulement après l'annonce par la Banque centrale européenne de l'extension de son programme d'achats d'actifs aux obligations d'entreprise européennes notées en catégorie d'investissement.

"Je pense qu'ils n'ont pas forcé sur le prix pour privilégier la quantité mais ça reste assez attractif pour nous. Je ne serais pas surpris qu'il y ait du nouveau sur le front des fusions-acquisitions maintenant: du financement par endettement à 1%-2% fait des miracles pour le rendement des fonds propres", a dit un investisseur.

La forte demande a permis au brasseur de resserrer les conditions de l'emprunt d'environ 30 points de base par rapport au prix d'émission initialement évoqué, tout en offrant encore des primes attirantes.

Au cours des trois derniers jours, pas moins de 10,25 milliards d'euros de nouvelles obligations d'entreprise ont été émises en Europe.

Les intervenants du marché s'attendent dès cette semaine à d'autres opérations libellées en euro dans le cadre du financement d'opérations de fusions et acquisitions.

Plus de 82 milliards de dollars d'émissions obligataires liées au financement de fusions-acquisitions ont déjà été annoncées sur un total attendu de 200 milliards et des banquiers européens estiment que jusqu'à 25% de ces sommes pourraient être levées en Europe.

En janvier, AB InBev avait placé sans difficulté un méga-emprunt de 46 milliards de dollars sur le marché américain, le deuxième le plus important jamais lancé sur ce marché, et pour lequel la demande avait totalisé 110 milliards de dollars.

(Marc Joanny pour le service français, édité par Marc Angrand)