Antofagasta-Bénéfice annuel en baisse de 58%, pas de dividende

mardi 15 mars 2016 09h10
 

15 mars (Reuters) - Le groupe minier chilien Antofagasta a annoncé mardi un bénéfice opérationnel en baisse de 58% au titre de 2015, sous le coup de la chute des cours du cuivre.

Dans son communiqué, Antofagasta précise que son conseil d'administration ne recommande pas de dividende final, le dividende intérimaire de 3,1 cents ayant permis d'atteindre l'objectif d'un taux de distribution de 35%.

Le résultat avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements (Ebitda) a reculé à 890,7 millions de dollars en 2015 (801,1 millions d'euros), sur un chiffre d'affaires en baisse de 34% à 3,39 milliards.

"Nous savons que l'industrie du cuivre est cyclique et les mesures que nous avons prises au cours de l'année écoulée nous permettront d'être bien positionné pour la reprise quand elle arrivera", a déclaré le directeur général Diego Hernández.

Le contrat future de référence sur le cuivre a perdu 19% l'an dernier, avant de toucher un plus bas de six ans et demi en janvier.

Antofagasta, contrôlé en majorité par la famille Luksic au Chili, a aussi pâti de la baisse des cours du minerai de fer, de conditions climatiques défavorables et de protestations de groupes de défense de l'environnement.

Les autres grands groupes miniers cotés à Londres, Glencore , BHP Billiton et Rio Tinto , ont eux aussi suspendu ou réduit leur dividende face à la chute des cours des matières premières.

Antofagasta avait fait état le mois dernier d'un endettement net de 525,4 millions de dollars à la fin de 2015. Le groupe prévoit des réductions de coûts supplémentaires de 160 millions de dollars cette année et il compte réduire ses investissements de 260 millions.

L'action Antofagasta perd 2,5% à 236,96 pence en début de séance à la Bourse de Londres après les résultats. Le titre a perdu 38% de sa valeur l'an dernier mais il a récupéré de 15% depuis le 1er janvier, une hausse qui reflète le rebond des cours du cuivre.

Diego Hernández, le directeur général, a dit ne pas entrevoir de reprise durable des cours avant la fin 2017 mais il a assuré que le taux de distribution du dividende serait maintenu à 35% en 2016. (Eric Onstad, Véronique Tison pour le service français)