Autriche-La Carinthie forcée de négocier sur la "bad bank" Heta

lundi 14 mars 2016 13h15
 

VIENNE, 14 mars (Reuters) - Menacée de cessation de paiement faute de pouvoir racheter les obligations d'une banque en faillite bénéficiant de sa garantie, la province autrichienne de Carinthie a annoncé lundi être prête à négocier avec les créanciers pour éviter une procédure judiciaire longue et sans doute coûteuse.

La Carinthie dit ne pas être en mesure d'honorer les 10,8 milliards d'euros de garanties auxquelles elle est exposée sur la dette de la banque régionale Hypo Alpe Adria, accordées lorsque le dirigeant d'extrême droite Jörg Haider la dirigeait.

Hypo a fait faillite depuis, ce qui a conduit à la création d'Heta, une structure de défaisance chargée de gérer son démantèlement. Mais le montant retiré de la cession des actifs concernés devrait être insuffisant pour faire face aux échéances obligataires à venir et les créanciers poursuivent la province pour se faire rembourser.

La Carinthie, qui compte environ 560.000 habitants, et le gouvernement autrichien ont donc lancé une offre de rachat d'obligations avec une décote, pour un montant global de 7,8 milliards d'euros, financée grâce à des prêts de l'Etat à la province, mais l'offre n'a pas réuni les suffrages d'un nombre suffisant de créanciers pour être mise en oeuvre.

La Carinthie s'est dite prête à ouvrir de nouvelles négociations avec les créanciers, mais le gouvernement ne semble pas prêt à la suivre sur cette voie.

"Dans tous les cas, nous, la province, sommes prêts à faire tout ce qu'il faudra pour aider à sortir de cette situation", a dit Peter Kaiser, le gouverneur de la province, à la radio ORF.

Le ministre des Finances, Jörg Schelling, a déclaré qu'il n'y aurait pas de nouvelle offre sur les obligations d'Heta, et que le gouvernement devrait réfléchir à son engagement dans le dossier en cas de compromis entre la province et les créanciers. (François Murphy; Marc Angrand pour le service français)