BOURSE-Lagardère chute, 2015 déçoit, la gouvernance inquiète

jeudi 10 mars 2016 10h59
 

PARIS, 10 mars (Reuters) - L'action Lagardère trébuche en Bourse, jeudi, au lendemain de la publication de résultats diversement interprétés par les investisseurs qui s'inquiètent également du départ du directeur financier, considéré comme un pilier de la société.

A 10h55, le titre cède 8,8% à 23,88 euros, signant la plus forte baisse de l'indice SBF 120 qui recule de 0,2% dans le même temps.

Le groupe présent dans les médias, l'édition et la distribution a fait état mercredi d'une hausse de 8,8% - supérieure à son objectif - de son résultat opérationnel qui déçoit toutefois une partie du marché en valeur absolue.

"Les résultats annuels ont été vraiment contrastés, comme d'habitude, et notamment un peu faibles en ce qui concerne l'Ebita (378 millions contre 396 millions anticipés) à cause de l'édition", estiment dans une note les analystes de Kepler Cheuvreux, qui expliquent cette contre-performance par un recul des ventes de ebooks.

A la suite d'un compromis trouvé avec Amazon, les éditeurs ont obtenu de pouvoir fixer le prix des livres électroniques, ce qui s'est traduit par une hausse des tarifs et un recul des ventes sur les marchés anglophones, ajoutent-ils.

Barclays juge pour sa part les résultats annuels conformes aux attentes et note l'amélioration de la génération de cash à 273 millions d'euros après quatre années décevantes.

"La prévision 2016 est décevante, une croissance légèrement supérieure à 10% du Résop groupe devrait amener à 400 millions d'euros une fois pris en compte tous les ajustements", note cependant l'analyste de Barclays qui a abaissé sa recommandation sur le titre de surpondérer à pondération en ligne.

Une partie des investisseurs s'inquiètent également de l'annonce du départ de Dominique d'Hinnin, directeur financier de Lagardère depuis 1998, dont le mandat à la gérance de la société n'a pas été renouvelé.

A l'occasion de la présentation des résultats de son groupe Arnaud Lagardère s'est peu étendu sur les raisons de l'éviction de celui qui fut longtemps son homme de confiance et l'interlocuteur privilégié des investisseurs.   Suite...