France-Le diesel à son plus bas niveau en cinq ans

jeudi 1 octobre 2015 13h13
 

PARIS, 1er octobre (Reuters) - La part du diesel dans les voitures neuves immatriculées en France est tombée en septembre à son plus bas niveau depuis au moins cinq ans, selon des chiffres publiés jeudi par le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA).

Les moteurs diesel, à nouveau très décriés à cause de l'affaire de manipulation des émission polluantes de Volkswagen , ont représenté un peu moins de 56% des nouvelles immatriculations le mois dernier, rapprochant la France de la moyenne européenne (52%).

Ce poids dans les ventes de voitures neuves était encore d'environ 66% en septembre 2013, et a atteint un pic de 73% sur l'ensemble de l'année 2012. Devenu majoritaire dans le parc roulant en France dans les années 2010, le diesel motorisait au 1er janvier dernier 62,4% des voitures en circulation.

Sur les neuf premiers mois de l'année, il a représenté 58,2% des immatriculations de voitures neuves dans l'Hexagone, contre 64,6% un an plus tôt, tandis que la part de l'essence est montée de 32,5% à 37,8%. Les moteurs hybrides ont pesé quant à eux 3,1%, contre 2,3% un an plus tôt et l'électrique 0,8% contre 0,5%. Les bicarburations essence-gaz (GPL et GNV) sont pour leur part restées stables à 0,1%.

Les immatriculations de voitures neuves en France ont confirmé en septembre leur rebond, avec une hausse de 9,1%.

Le dossier du CCFA:

bit.ly/1KUGxVo (Gilles Guillaume, édité par Matthieu Protard)