RPT-Pour Wall Street, le risque de blocage sur le budget s'éloigne

lundi 28 septembre 2015 06h00
 

(Répétition sans changement d'une dépêche diffusée dimanche)

par Chuck Mikolajczak

NEW YORK, 28 septembre (Reuters) - La démission inattendue vendredi du président de la Chambre des représentants américaine réduit le risque d'un "shutdown", une fermeture des administrations fédérales, l'un des principaux motifs de préoccupation de Wall Street, à l'orée d'une semaine qui sera animée par divers indicateurs économiques et des interventions de responsables de la Réserve fédérale.

Le président républicain de la Chambre, John Boehner, a annoncé vendredi qu'il allait renoncer à son mandat et qu'il quitterait le Congrès le 30 octobre, expliquant vouloir éviter une "crise de leadership prolongée".

Sa décision a été interprétée comme le signe de sa volonté de faire progresser un projet de loi assurant le financement de l'Etat fédéral en évitant des complications susceptibles de conduire à un veto de la Maison blanche.

"Cela réduit nettement la probabilité d'un 'shutdown' gouvernemental la semaine prochaine", ont estimé les économistes de Goldman Sachs dans une note aux clients de la banque vendredi.

Même si ce risque de "shutdown" est réduit par l'annonce du prochain départ de John Boehner, d'autres difficultés budgétaires restent à résoudre: le Congrès est toujours censé adopter un accord à long terme sur le budget fédéral et le relèvement du plafond de la dette publique, et la démission du président de la Chambre ne suffira pas à résoudre les différends entre les camps démocrate et républicain d'une part, entre factions républicaines d'autres part.

"La prochaine question importante pour les marchés financiers concernera l'impact sur le plafond de la dette et les autres questions en suspens. Il existe clairement une possibilité que le vote de la semaine prochaine, qui devait initialement porter simplement sur la prolongation de l'autorisation de dépenses, puisse aussi concerner d'autres questions, comme une extension de l'Export-Import Bank, voire un relèvement du plafond de la dette", dit la note de Goldman Sachs.

  Suite...