Migrants-Vienne pour un assouplissement des règles budgétaires

dimanche 27 septembre 2015 14h28
 

BERLIN, 27 septembre (Reuters) - Le coût de plus en plus élevé de l'accueil des migrants pourrait affecter les objectifs budgétaires que se sont fixés certains pays de l'Union européenne, et Bruxelles devrait envisager de faire une exception à ses règles en la matière, estime le ministre autrichien des Finances.

"Les coûts à court terme sont élevés mais prévisibles. Plus délicate est la question des effets à long terme (sur les budgets)", déclare Hans Jörg Schelling dans une interview au journal dominical allemand Welt am Sonntag.

Un grand nombre de réfugiés vont rester en Europe, et les gouvernements vont devoir construire davantage de logements et d'écoles, dit-il. "Je doute que les budgets en cours de préparation soient suffisants en l'état", estime-t-il.

Certains économistes pensent que le nombre accru de réfugiés va doper la demande intérieure, et augmenter par là même les recettes fiscales. "Mais il faut garder présent à l'esprit que cette poussée de croissance est financée par davantage de dépenses et davantage de dettes", a dit le ministre.

La Commission européenne, suggère-t-il, devrait déduire les dépenses consacrées aux migrants des objectifs qu'elle assigne aux Etats membres.

"Il faudrait réfléchir à ce que le surcoût subi par des pays comme l'Allemagne ou l'Autriche, et d'autres, pour les mesures humanitaires, soit considéré comme un élément ponctuel exceptionnel", propose le ministre autrichien.

Interrogé sur la possibilité que l'Allemagne apporte son soutien à une telle initiative, un porte-parole du ministère allemand des Finances s'est refusé à tout commentaire.

(Michael Nienaber; Eric Faye pour le service français, édité par Marc Angrand)